Les Petits Riens en grève: un préaccord sur la prime de fin d'année

Les Petits Riens en grève: les ouvriers n'ont pas reçu toute leur prime de fin d'année
Les Petits Riens en grève: les ouvriers n'ont pas reçu toute leur prime de fin d'année - © Tous droits réservés

Un préaccord a été trouvé entre direction des Petits Riens et syndicats ce lundi après une journée de négociations. La direction a annoncé qu'elle augmenterait le montant de la prime de fin d'année. Ce préaccord est présenté mardi matin aux ouvriers du centre de tri d'Anderlecht, juste avant leur service. "Les représentants du personnel ont trouvé nos propositions très satisfaisantes", indique Julien Coppens, directeur général de l'ASBL Les Petits Riens.

Les 150 ouvriers des Petits riens du dépôt d'Anderlecht se croisent les bras depuis ce lundi matin. Le personnel gréviste a empêché les camions d'entrer et de sortir de ce centre de tri des magasins de seconde main. En cause: leur prime de fin d'année. Une partie des primes de fin d'année n'a pas été versée. Syndicats et direction étaient en négociation ce lundi après-midi au dépôt des Petits riens à Anderlecht. Il n'y a pas eu de répercussions dans les magasins.

Selon la direction, le montant de cette prime est d'environ 600 euros brut par personne. Une somme que ne vont pas recevoir en totalité les ouvriers des Petits riens qui s'occupent du tri des vêtements et autres marchandises au dépôt d'Anderlecht. Cette année, seule la partie fixe de leur prime de fin d'année va être versée sur les comptes en banque. Pour les 150 ouvriers du dépôt d'Anderlecht c'en est trop. Ils ont décidé de se croiser les bras spontanément ce lundi.

Tchiapke Vylma est déléguée syndicale FGTB. Elle travaille au tri. "On a arrêté de travaillé suite à la réunion avec la direction du 30 novembre. La direction a annoncé aux ouvriers qu'il n'y aurait pas de prime de fin d'année. Même si on a bien bossé, on n'est pas en positif."

Les ouvriers demandent à recevoir 100% des primes de fin d'année mais aussi une réduction de la charge de travail. "Les ouvriers ont mal au dos. Ils ont des tendinites, des sciatiques car ils sont en surcharge de travail. Beaucoup sont en congé maladie prolongé", explique la déléguée.

L'ASBL des Petits Riens n'atteint en fait pas tous ses objectifs de rentabilité. Car l'association a beau être à but non lucratif, elle doit tout de même rentrer dans ses frais. Or, elle a fait des investissements notamment pour acquérir cet entrepôt à Anderlecht en 2015. Les Petits Riens comptait sur l'export à l'étranger. Les résultats n'ont pas été suffisants. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK