Les conducteurs des trams et des bus de la STIB veulent pouvoir porter des shorts

Quand les températures sont élevées et que les véhicules ne sont pas climatisés, les conditions de travail des conducteurs de trams et bus peuvent vite  devenir insupportables.
Quand les températures sont élevées et que les véhicules ne sont pas climatisés, les conditions de travail des conducteurs de trams et bus peuvent vite devenir insupportables. - © Tous droits réservés

Les conducteurs de la STIB ont entamé il y a quelques jours un mouvement de protestation. Plus de 1800 personnes ont signé une pétition pour obtenir l'autorisation de porter un shorts pendant les périodes de fortes chaleurs, ce que le règlement de travail de l’entreprise interdit. Sur les réseaux sociaux, une vidéo circule où l'on voit un conducteur découper son pantalon en signe de protestation.

 

Depuis quelques semaines, avec la météo torride qui règne sur la capitale, les conditions de travail des conducteurs de trams et bus sont devenues insupportables, et les chauffeurs sont quelque peu excédés, explique Saïd, qui exerce le métier depuis 20 ans :

"Quand vous roulez dans des véhicules qui ne sont pas climatisés et qui ont parfois plus de 40 ans, la température peut atteindre 45 degré, il serait normal de la part de la direction de faire un geste et d’autoriser le personnel à porter le bermuda."

Une forme de sexisme

Pourtant, la direction est justement sur le point de sortir un tout nouvel uniforme mais aucun short ne fait partie de la future garde-robe des chauffeurs de la STIB. Les conducteurs voient même dans cette interdiction une forme de sexisme, puisque les jupes, elles, sont autorisées.

Pour Khalid, conducteur de bus et délégué syndical CGSP, la demande ne semble pas extravagante et il est décidé à passer outre l’interdiction de la direction:

"On va tous rouler en short, quitte à forcer la direction, juste pendant la canicule, on ne demande pas grand chose  "

Beaucoup d'autres points à débattre

Les syndicats sont prêts à aller plus loin et à la CSC on est même sur le point de déclencher une procédure de gestion des conflits. L’objectif est d’organiser une réunion d’urgence avec la direction car beaucoup d’autre points méritent d’être discutés, estime Oliver Rittweger, délégué CSC :

"Le bermuda, n’est qu’un des points à débattre. Il est très important que les véhicules les plus anciens ne soient pas mis en circulation par fortes températures et il faut  prévenir tout malaise des conducteurs, ce qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les voyageurs, en distribuant de l’eau fraîche. Actuellement ce qui est mis en place n’est pas suffisant."

Du côté de la STIB, on refuse de répondre aux questions de la presse, l’entreprise a prévu de recevoir les syndicats dans les prochains jours.

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK