"Marche contre la haine": deux points de départ et les détails du parcours (carte interactive)

Différentes associations appellent à une nouvelle Marche contre la Haine et la Terreur ce dimanche 17 avril à Bruxelles. Parmi les organisateurs, on trouve notamment des syndicats ainsi que l'association flamande Hart boven Hard (l'équivalent flamand de Tout Autre Chose).

"Deux départs sont prévus pour la marche de dimanche, explique Arnaud Kempynck, l'un des responsables de l'association flamande, un premier groupe partira de la Gare du Nord et le deuxième du Parvis Saint-Jean-Baptiste à Molenbeek, les deux groupes se rejoindront ensuite au début de la rue Dansaert après avoir longé le canal. Le cortège poursuivra sa route vers le centre, il passera devant la Bourse et s'arrêtera ensuite à la Place Fontainas où un podium sera installé. Il y aura de la musique et des prises de paroles."

La police attend une participation massive

Les communes de Bruxelles-ville et de Molenbeek ont toutes les deux donné leur accord verbal pour l'organisation de cette marche, une marche qui débutera aux environs de 14h00 et pour laquelle il est demandé à chaque participant d'apporter une fleur. Des bacs seront disposés par la ville de Bruxelles sur le piétonnier entre la Bourse et la Place Fontainas pour que les participants puissent y déposer leurs fleurs.

Ces bacs seront installés de cette manière afin qu'il n'y ait pas un trop gros attroupement devant la Bourse. On ne sait pas à l'heure actuelle combien de personnes prendront par à la marche, mais la police de Bruxelles s'attend à une participation massive et conseille à tous ceux qui voudraient s'y rendre d'emprunter les transports en commun. La police conseille également à ceux qui viennent de l'extérieur de Bruxelles d'arriver par la Gare du Nord et de repartir par la Gare du Midi.

D'autres organisateurs avaient déjà tenté d'organiser une marche similaire le 27 mars dernier, mais le Bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur (PS), et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA), l'avaient finalement interdite, car ils estimaient que la menace était encore bien présente et que la police n'avait pas les moyens de l'encadrer. Finalement, plusieurs centaines de hooligans s'étaient quand-même rendus à la Bourse, certains avaient fait des saluts nazis et cela avait dégénéré avant que les forces de l'ordre ne maîtrise finalement les fauteurs de troubles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK