Le stage civique sera étendu à huit écoles bruxelloises à la rentrée 2017

Le stage civique sera étendu à huit écoles bruxelloises à la rentrée 2017
Le stage civique sera étendu à huit écoles bruxelloises à la rentrée 2017 - © Tous droits réservés

La Ville de Bruxelles a dressé vendredi matin un bilan du stage civique, testé durant une année pilote auprès de 179 élèves (99 filles et 80 garçons) de 5ème secondaire dans quatre écoles (Institut Bischoffsheim, Athénée Léon Lepage, Athénée Marguerite Yourcenar et Hoofdstedelijk Atheneum Karel Buls). A la rentrée de septembre, le nombre de participants sera doublé avec l'ajout de l'Institut des Arts et Métiers, l'Institut Diderot, l'Instituut Anneessens-Funck et l'Athénée Adolphe Max. A terme, l'ambition est d'atteindre les quinze établissements secondaires de la Ville de Bruxelles et de toucher 1200 élèves.

Porteurs de valeurs sociales

Le stage civique totalise au moins 30 heures de prestations non rémunérées à effectuer en dehors des heures de cours chez l'un des 70 partenaires actifs en Région bruxelloise. Ces organismes sont porteurs de valeurs sociales importantes. Parmi eux, figurent notamment Amnesty International, Greenpeace, Sida'SOS, le Samusocial, le CHU de Bruxelles ou encore le CPAS de la Ville.

"L'éducation est bien plus large que celle dispensée par l'école", estime le bourgmestre Yvan Mayeur. "C'est pourquoi la Ville de Bruxelles conçoit également des initiatives qui promeuvent l'insertion future de nos jeunes dans notre société".

On ne naît pas citoyen averti, on le devient

Le stage civique part du principe qu'on ne naît pas citoyen averti, on le devient. Il vise à faire découvrir les métiers nobles à caractère public et à changer le regard que la société porte sur les jeunes en développant une image positive. Les élèves sont encouragés à cultiver le sens de la solidarité et à participer activement à la construction d'une société plus tolérante et plus juste. Le stage civique est aussi, pour l'échevine de l'Instruction publique et de la Jeunesse Faouzia Hariche, "un moyen de les conscientiser sur l'importance et la nécessité d'un service public fort, le seul à garantir l'égalité entre les citoyens, et de mettre en avant le travail effectué par les institutions publiques et le secteur associatif".

A l'issue de cette année pilote, 83% des élèves recommanderaient le stage civique à leurs camarades et 59% recommenceraient l'expérience. Dès l'année prochaine, il s'inscrira dans le cadre du nouveau cours d'éducation à la Philosophie et Citoyenneté et le retour de l'élève sur son stage sera évalué.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK