Le Stade Roi Baudouin accueillera bien la chanteuse Beyonce en juillet

Le 31 juillet, la chanteuse Beyonce se produira au stade Roi Baudouin. Mais ce concert a bien failli échapper à la capitale. L'organisateur Live Nation, la puissante multinationale américaine organisatrice des concerts, avait menacé de déplacer l'événement au stade de Lille si la Ville de Bruxelles ne consentait pas des réductions sur différents postes.

L’an dernier, le collège de la Ville de Bruxelles avait augmenté les frais de location du stade et de ses infrastructures associées. Mais, il a dû revoir ses prétentions à la baisse et retourner aux tarifs locatifs précédents sous la pression de Live Nation.

Un stade en fin de vie

Les lois du marché sont bien dures. Bruxelles, avec son vieux stade Roi Baudouin en fin de vie, ne joue plus dans la cour des grands. Aujourd’hui, le stade Pierre Mauroy à Lille, beaucoup plus récent (2012), lui fait de l’ombre. Ce dernier offre toutes les commodités modernes et ne se situe qu’à une bonne heure de route de Bruxelles.

Alain Courtois, l’échevin des sports de la Ville de Bruxelles, précise que les organisateurs "ont le choix entre Amsterdaem, Anvers et Lille, sans oublier Torhout Werchter."  Moralité, si Bruxelles, grande capitale européenne, veut conserver le privilège d’avoir de grands concerts dans ses murs, il faut faire des concessions. Sans passer par là, cela semble bien compromis. Pour Alain Courtois, "ce n’est pratiquement plus possible sauf si la vedette accepte de venir avec toute son organisation. La Ville de Bruxelles doit alors baisser ses prix. C’est d’une logique implacable."

En réalité, pour la ville, cela ne fait pas de différence. Live Nation paie la location du stade moins cher. Mais la situation antérieure prévoyait un prélèvement de 20% sur les recettes du catering au profit de la Ville. C’est donc cette formule-là que Live Nation a souhaité négocier parce qu'elle est plus intéressante sur le plan financier.

Ce deal permettrait aux Bruxellois de voir Beyonce à Bruxelles plutôt qu’à Lille.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK