Le Samusocial ne sera plus seul aux commandes du Plan Hiver à Bruxelles cette année

Depuis 2012, le Samusocial gérait seul l'ensemble du Plan Hiver qui prévoit des hébergements d'urgence pour les sans-abris. Cette année, l'asbl va devoir composer avec la Croix-Rouge.
Depuis 2012, le Samusocial gérait seul l'ensemble du Plan Hiver qui prévoit des hébergements d'urgence pour les sans-abris. Cette année, l'asbl va devoir composer avec la Croix-Rouge. - © JORGE DIRKX - BELGA

Un deuxième opérateur entre en jeu. Il s'agit de la Croix-Rouge qui, selon toute vraisemblance, va ouvrir un centre d'hébergement de nuit dès le 15 novembre. La décision officielle sera prise au plus tard à la fin de semaine.

Depuis 2012, le Samusocial gérait seul l'ensemble du Plan Hiver qui prévoit des hébergements d'urgence pour les sans-abris. Cette année, l'asbl va devoir composer avec la Croix-Rouge. Elle doit en principe ouvrir dans moins de 10 jours un centre qui peut accueillir la nuit jusqu'à 300 personnes. Un centre d'accueil de seconde ligne subsidié par le fédéral.

"Nous avons une expérience du sans-abrisme et de l’hébergement, déclare Olivier Standaert, manager de la Croix-Rouge à Bruxelles. A partir du moment où le gouvernement fédéral a lancé un appel à propositions, il nous est paru tout à fait normal que la Croix-Rouge soumette une offre pour gérer un centre d’hébergement pour les sans-abris en Région bruxelloise."

Une "bonne chose" que d'autres organisations mettent la main à la pâte

Le Samusocial n'a, lui, pas répondu à cet appel. Notamment pour des questions financières. "Si on avait été amené à gérer le Plan Hiver comme l’an passé, on aurait dû engager des fonds propres. Or, la situation actuelle ne nous permet pas d’engager des fonds supplémentaires dans ce type de projet. C’est donc un choix assumé, explique Christophe Thielens, porte-parole. J’en profite aussi pour dire que c’est une bonne chose que d’autres organisations mettent également la main à la pâte ! Ce n’est pas une volonté particulière du Samusocial de s’accaparer le Plan Hiver."

La Samusocial reste malgré tout un acteur incontournable, puisqu'il s'occupera de deux centres de nuit en première ligne d'une capacité de 600 personnes, deux centres financés par la Région bruxelloise. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK