Le piétonnier à Bruxelles a déjà trois ans mais qu'en pensent les usagers?

Qu’on y vienne occasionnellement ou que l'on y passe tous les jours, le piétonnier, globalement, séduit. Mais si on s'éloigne un peu, le discours change
Qu’on y vienne occasionnellement ou que l'on y passe tous les jours, le piétonnier, globalement, séduit. Mais si on s'éloigne un peu, le discours change - © Tous droits réservés

Le 29 juin 2015 marquait le coup d'envoi de la piétonisation de l’hyper centre de Bruxelles. Cela avait causé de grosses perturbations aux alentours et une levée de bouclier d'une partie des riverains et commerçants. Trois ans plus tard, les travaux sont toujours en cours alors que le projet commence à prendre forme. Mais qu'en pensent les habitants et les usagers?

Qu’on y vienne occasionnellement ou que l'on y passe tous les jours, le piétonnier, globalement, séduit. Mais si on s'éloigne un peu, le discours change.

Jean-François Dumoulin, membre de la Plateforme Pentagone, était opposé au projet il y a trois ans et son avis sur la nouvelle infrastructure n’a pas changé : "On fait des mesures, et on nous dit qu’il y a moins de pollution sur le piétonnier, dans une zone que l’on appelle apaisée, mais tout le reste du Pentagone est pollué et embouteillé, parce que le trafic devait bien se retrouver ailleurs", souligne, amère, le riverain.

Encombrement et pollution, c’est précisément ce que vit Valérie Berckmans, dans sa boutique de vêtements installée dans une rue voisine du piétonnier.

Pour cette commerçante la situation est sans espoir : "Il y a des transports en commun mais ils ne sont pas au top, donc les gens viennent de plus en plus en voiture. C’est sans espoir, on est condamné à vivre sur un mini Ring. Pendant les heures de pointe, on ferme carrément la porte du commerce pour protéger nos poumons mais ce n’est pas suffisant."

D'autres critiques portent aussi sur l'insécurité du centre-ville, ou encore sa déshumanisation.

Retrouvez sur le même sujet l'interview d'Yvan Mayeur, l'ancien bourgmestre de Bruxelles qui s'exprimait dans Bruxelles Matin sur Vivacité.

 

 

Archive: Marianne Hiernaux (Beliris) explique les prochaines étapes du chantier du piétonnier de Bruxelles (19/03/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK