Le personnel de l'ULB ne rime pas encore assez avec diversité

A l'image de cette remise de prix au Dr. Mukwege, les hommes, belges et plus âgés sont encore trop souvent au-dessus au sein du corps académique de l'ULB, précise l'université
A l'image de cette remise de prix au Dr. Mukwege, les hommes, belges et plus âgés sont encore trop souvent au-dessus au sein du corps académique de l'ULB, précise l'université - © ERIC LALMAND - BELGA

L'Université Libre de Bruxelles (ULB) se dote d'un plan diversité. 26 mesures présentées ce mercredi pour favoriser la diversité au sein de l'université. L'ULB est le deuxième employeur de la Région et veut à l’avenir donner l’exemple à ses 32.000 étudiants. 
Parce que pour l’instant, les 3800 membres de son personnel ne reflètent pas la diversité de la capitale et des étudiants. 

Surtout des hommes, d'âge moyen et des Belges

Malgré des efforts ces dernières années, l'ULB le reconnait, certains déséquilibres restent criants.
Parmi le corps académique, on compte deux fois plus d’hommes que de femmes. Sur l’ensemble des métiers, les personnes de nationalité belge sont également surreprésentées, elles sont 75%.
Dernier exemple, à peine un travailleur sur vingt a moins de 26 ans, que qui est interpelant quand on connaît le taux de chômage élevé des jeunes à Bruxelles.

"En fait, le problème se situe surtout au niveau du corps académique, les professeurs notamment", explique Patricia Mélotte, doctoresse en psychologie sociale et en charge de ce plan diversité. "Et plus on monte dans la carrière, moins il y a de femmes. C'est cela qu'il faut changer, aussi pour donner l'exemple à toutes nos étudiantes qu'elles ont au moins autant de chances qu'un homme de décrocher un poste chez nous".  

Comment changer les choses ?

Voilà pour le constat. Place à l’action, l'ULB se donne deux ans pour mettre en place 26 mesures, et en faire le bilan fin 2021.

Premier axe de travail. Sensibiliser et former le personnel chargé du recrutement. Ce personnel dispose désormais d’une vidéo qui conscientise sur les préjugés qu’on peut avoir au moment d’engager une personne d’origine étrangère ou porteuse d’un handicap par exemple. Les offres d’emploi, aussi, ne contiendront plus aucune allusion au genre. Pour le dire simplement, L'ULB ne cherchera plus de "femme" de ménage ou d’ "homme" à tout faire.

Voilà pour le travail en interne. Mais l’université veut aussi faire savoir à l’extérieur qu’elle promeut la diversité. Désormais elle participera systématiquement à la Belgian Pride de la communauté LGBT. Et sur le campus Erasme, les 5 nouveaux amphithéâtres porteront des noms de femmes scientifiques. Il faut dire qu’aujourdhui 90% des auditoires portent un nom d’homme.

L’ulb a réalisé son plan diversité avec le soutien d’Actiris. A noter que la VUB, l'université néerlandophone bruxelloise, a elle aussi adopté un plan diversité hier. 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK