Le nouveau centre de tri des Petits Riens a été inauguré à Anderlecht

Le nouveau hangar des Petits Riens de 9000 m² permettra d'augmenter considérablement la production.
2 images
Le nouveau hangar des Petits Riens de 9000 m² permettra d'augmenter considérablement la production. - © RTBF

Les Petits Riens, c'est une entreprise à finalité sociale active dans la lutte contre la pauvreté. Elle se finance grâce à la collecte, au tri et puis à la vente de meubles, d'électroménager, mais surtout de produits textiles. Avec ce nouveau centre, les Petits Riens vont pouvoir fortement augmenter leur production.

Au milieu de ce gigantesque hall de 9000 mètres carrés, on trouve une grande benne robotisée. Elle transporte les vêtements d'un poste à l'autre. Raïd Kanaan se trouve au tout début de la chaîne : "On trie des chaussures, des vêtements, des pantalons...".

Cela fait trois semaines qu'une centaine de personnes travaillent ici. Maria Jagura, la cheffe d'atelier, est ravie. "On dirait que c’est un château pour nous."

Production doublée

"Dans la fripe, on a besoin de place, explique Julien Coppens, directeur général. Le bâtiment est nettement plus performant, ne fût-ce que d’un point de vue énergétique. C’est un bâtiment également où l’on va regrouper toutes nos activités : le mobilier qui se trouvait à la rue Américaine à Bruxelles et le tri textile qui était sur un autre site à l’extérieur de Bruxelles. En regroupant ces activités, il n’y a pas mal de synergies possibles, ne fût-ce qu’au niveau du charroi."

Avec ce nouveau centre de tri, les Petits Riens vont doubler leur production de textile. De 3000 à 6000 tonnes par an. Et leur bénéfice de 1 à 2 millions d'euros.

"On espère augmenter les volumes pour être plus compétitifs face à la concurrence et générer si possible plus de bénéfices pour financier plus d’actions sociales, par exemple de l’hébergement de sans-abri. On a deux maisons d’accueil pour une capacité de 135 lits. On finance également toute une série de distributions de repas chauds."

Les Petits Riens ne quittent pas pour autant Ixelles et la rue Américaine où l’ASBL va développer ses activités commerciales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK