Le nombre de PV pour détention illégale d'armes a explosé à Bruxelles

L'an dernier, dans la capitale, la police a dressé 2520 PV pour détention illégale d'armes et explosifs.
L'an dernier, dans la capitale, la police a dressé 2520 PV pour détention illégale d'armes et explosifs. - © Belga

L'an dernier, dans la capitale, la police a dressé 2520 PV pour détention illégale d'armes et explosifs. Une hausse de 27% par rapport à 2012. Et les résultats sont très différents d'une zone de police à l'autre.

C'est essentiellement à deux des six zones bruxelloises que l'on doit cette augmentation.

La première, c'est la police de Bruxelles-Ouest qui couvre notamment Jette et Molenbeek. Pour son porte-parole, Johan Berckmans, la hausse de 16 % du nombre d'armes saisies depuis 2014 s'explique surtout par un effet post-attentat. "Grâce au plan Canal, et l’ajout de 50 inspecteurs du ministère de l’Intérieur, il y a clairement plus de gens sur le terrain. Ce qui nous permet de faire des contrôles plus ciblés. Deux patrouilles contrôlent tant le jour que la nuit les véhicules, les personnes…"

Plus de proactivité, c'est aussi ce que met en avant la zone Montgomery. Dans ces communes de l'Est de Bruxelles, où l'on observe l'augmentation la plus forte de saisies d'armes (+24%), les contrôles sur la route et dans les transports en commun se sont intensifiés. "Sur la zone de police Montgomery, explique Michael Jonniaux, le chef de corps, la toute grande majorité des armes saisies sont des armes factices ou des armes blanches. Nullement des armes de guerre ou de poing !"

Un discours rassurant, donc. Plus de PV dressés ne signifie pas automatiquement plus d'armes en circulation dans la capitale. D'autant que de nouvelles règles administratives viennent gonfler ces statistiques. Désormais, en cas d'abandon volontaire d'armes ou en cas de décès d'une personne en possession d'une arme, un PV doit être dressé.