Le nombre de médecins est très inégalement réparti à Bruxelles: pénurie en vue?

A l'avenir, le déficit de médecins pourrait toucher de nombreuses communes bruxelloises.
A l'avenir, le déficit de médecins pourrait toucher de nombreuses communes bruxelloises. - © DR

Certaines communes comme Saint-Josse ou Koekelberg en ont carrément trois fois moins que Woluwe-Saint-Pierre ou Woluwe-Saint-Lambert. En cause : le manque d'attractivité de certaines communes alors que la population, elle, ne cesse d'augmenter.

Mais à l'avenir, le déficit de médecins pourrait toucher de nombreuses communes bruxelloises. En effet, l'âge moyen des généralistes y est parfois très élevé.

"Le vieillissement est perceptible dans toutes les communes, explique Denise Deliège, responsable du centre d'informations sur les professions médicales. C'est absolument extraordinaire: beaucoup de médecins dépassent les 60-70 ans. Il arrive même, parfois, que 70 à 80% ont plus de 50 ans. Autant dire qu'ils vont prendre leur retraite dans les 15-20 ans qui viennent, et ne seront pas nécessairement remplacés par des plus jeunes. C'est notamment le cas à Uccle, Ganshoren et à Evere."

Cela veut dire, qu'à terme, une pénurie de médecins dans certaines communes bruxelloises est tout à fait possible. "S'ils ne sont pas remplacés, c'est ce qui risque d'arriver. Les difficultés de remplacement, côté francophone, sont tout à fait étayées."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK