Le nombre d'homicides à Bruxelles au plus bas depuis 1945: grâce aux militaires en rue ?

Dans le dernier bilan sur la criminalité transmis par les autorités, épinglons ce chiffre encourageant sur la capitale : le nombre d'homicides (soit les meurtres et assassinats) diminue de façon spectaculaire.

Si l'on exclut les victimes des attentats de l'an dernier, on constate qu'entre 2004 et aujourd'hui (fin 2017) le nombre de victimes d'homicides a diminué de moitié.

"Au 13 décembre 2017, nous comptabilisons 43 dossiers ouverts pour assassinat, meurtre ou meurtre pour faciliter le vol, explique Gilles Dejemeppe, porte-parole du parquet de Bruxelles. Ce qui est notablement moins qu’en 2014 et 2015. Il semble donc qu’au fil du temps, la tendance soit à la baisse." Des statistiques plus réjouissantes nous confie notre interlocuteur.

Au niveau des assassinats, on note 25 dossiers ouverts en 2017 ; et 16 pour les meurtres.

La raison de cette baisse ? Aucune cause évidente n'est mise en avant par le parquet mais, pour ce qui en est des deux dernières années, il est fort probable que la présence des militaires et policiers dans la rue aient joué. "Il est effectivement très difficile et délicat de s’avancer sur les causes sociologiques et criminalistiques de cette diminution. D’autant que nous ne disposons pas d’analystes, en interne. Mais de fait, l’un des éléments que l’on pourrait considérer serait par exemple la présence accrue de militaires et policiers en rue."

Les chiffres aujourd'hui recencés sont même les plus bas depuis la deuxième guerre mondiale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK