Le Métropole a fermé ses portes mais quelques hôtels bruxellois ont choisi de rester ouverts

La réception de l'hôtel Bedford, toujours ouvert, à Bruxelles
La réception de l'hôtel Bedford, toujours ouvert, à Bruxelles - © Rtbf

Etablissement emblématique de la capitale, l'Hôtel Métropole a annoncé hier sa fermeture - apparemment définitive - et le licenciement de 129 travailleurs. C'est évidemment la conséquence de la crise sanitaire et de l'absence de clients actuellement à Bruxelles. 

Des hôtels restent pourtant ouverts

La plupart des hôtels bruxellois ont choisi de fermer leurs portes, même s'ils ont reçu l'autorisation du gouvernement fédéral de rester ouverts. Avec un taux de fréquentation de quelques pour cent, le seuil de rentabilité n'est évidemment plus atteint. Pourtant, certains établissements ont fait le pari de rester ouverts. C'est le cas, notamment, de l'Hôtel Bedford, situé rue du Midi, à une encablure de la Place Rouppe, dans le Pentagone bruxellois. 

Cet hôtel familial ouvert dans les années 1950 n'a jamais fermé. Cela a pesé dans la décision de son patron, Guerric Quatacker, de le laisser ouvert. "On s'est dit, on reste ouvert, déjà pour notre personnel, et comme la Première Ministre Wilmès a dit que les hôtels étaient vraiment d'utilité publique, nous restons ouvert pour tous ceux qui ont besoin d'un hôtel sur Bruxelles".

Ces personnes ne sont pas très nombreuses. Lors de notre passage, il n'y avait que deux clients enregistrés à l'hôtel Bedford. Sur plus de 300 chambres, c'est évidemment dérisoire. Mais quel est le profil de ces rares clients? 

"Ce sont ceux qui ont des vols annulés, qui ont des trains annulés, ceux qui ne savent pas rentrer chez eux. Nous avons un diplomate français qui n'a pas réussi à trouver un vol pour l'Irak, c'est un peu la clientèle que nous avons. Hier, deux Allemands sont arrivés après 30 heures de route et ils ne savaient pas où dormir, c'est un autre exemple", explique le patron du "Bedford". 

Des travaux et de la solidarité

Dans son malheur, l'hôtel Bedford dispose d'un atout important : il est propriétaire de ses murs et n'a plus de loyer à débourser. Le patron profite donc de l'absence de clients pour réaliser quelques travaux de rafraîchissement qui devaient de toute façon avoir lieu tôt ou tard. 

Les difficultés du moment et les soucis de trésorerie n'empêchent pas la solidarité. L'hôtel a logé grâcieusement une vingtaine de policiers fédéraux qui ne disposaient pas de moyens de transport pour rentrer chez eux, en province, après leurs missions à Bruxelles. 

Guerric Quitacker croise les doigts pour pouvoir tenir le coup jusqu'à la reprise, sachant qu'il faudra du temps pour que les clients -essentiellement étrangers - reprennent le chemin de la capitale. Avec l'annulation de tous les événements de masse jusqu'au 31 août, ce ne sera pas pour tout de suite. 

L'Hôtel Métropole contraint d'arrêter ses activités : 129 emplois menacés (JT du 22/04/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK