Le gouvernement bruxellois promet "une solution" pour les travailleurs des pouvoirs locaux

Le front commun syndical reste mobilisé pour les travailleurs des communes et des hôpitaux publics
Le front commun syndical reste mobilisé pour les travailleurs des communes et des hôpitaux publics - © Flickr/Setca-BBTK

Plusieurs centaines (500 selon la police) de travailleurs et de fonctionnaires des communes et des hôpitaux publics bruxellois ont manifesté, ce jeudi, devant le cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort. Ils protestent contre l'absence de prise en compte de leurs revendications d'améliorations barémiques et de leurs conditions de travail, exprimées voici déjà plusieurs mois. 

Une réunion mardi prochain

Le Ministre-Président (PS) Rudi Vervoort et le Ministre (DéFI) en charge de la fonction publique Bernard Clerfayt ont longuement reçu une délégation des syndicats ce matin. Ils se sont engagés à trouver "une solution" pour réduire le différentiel de rémunération entre les communes bruxelloises et les pouvoirs locaux des deux autres régions. Mais la situation est compliquée, à la fois sur le plan budgétaire et institutionnel. 

Les revendications syndicales concernent en effet au premier chef les communes et non la Région. Et dans les deux cas, le contexte budgétaire est tendu. Les syndicats, en tout cas, ne veulent plus du traditionnel jeu de ping-pong qui consiste à renvoyer la balle d'un échelon de pouvoir à l'autre sans jamais trancher. Une première réunion en groupe de travail est prévue ce mardi 12 novembre, date qui avait déjà été retenue avant la manifestation de ce jeudi. 

Le gouvernement se dit prêt à débloquer progressivement des moyens dès le début de l'ajustement budgétaire de janvier 2020. S'il trouve les revendications des travailleurs légitimes, le gouvernement risque cependant de ne pas pouvoir les satisfaire intégralement, faute de moyens. D'ici mardi, d'autres actions restent possibles dans les administrations locales et les hôpitaux publics de la capitale. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK