Le festival Kermezzo à Etterbeek fait-il trop de bruit la nuit? Des riverains se plaignent

Le Festival Kermezzo se déroule dans le parc du Cinquantenaire
Le Festival Kermezzo se déroule dans le parc du Cinquantenaire - © Rtbf

Kermezzo s'est installé dans le Parc du Cinquantenaire du 5 au 21 mai. La plupart des spectacles se déroulent en journée mais certains ont lieu en soirée et même en nocturne, jusqu'à 2 heures du matin. Ce sont eux que dénonce un couple habitant rue de la Renaissance, se plaignant de ne pas pouvoir dormir la nuit. Ils ont appelé plusieurs fois la police, sans succès. Et leurs tentatives d'obtenir auprès de la commune d'Etterbeek les conditions dans lesquelles peuvent se tenir les spectacles n'ont pas davantage été couronnées de succès. Un courrier électronique adressé le 8 mai à l'échevin des animations et festivités Patrick Lenaers serait resté sans réponse, se plaint Asuncion Escajadillo, commerçant et adepte de la course de fond. "Nous avons choisi d'habiter ici parce qu'on s'est dit qu'à côté d'un parc on aurait la paix, parce que c'est proche du lieu de travail de ma femme et que ça nous permet, en tant que sportifs, d'aller y courir. Et on se retrouve avec une situation inimaginable et digne d'un pays sans lois. Kermezzo fait un tapage incroyable, il faut le vivre pour le comprendre. La première fois, c'était jusqu'à 2 heures du matin. Nous avons entrepris un vrai parcours du combattant : nous avons appelé la police qui nous a répondu ne pas être au courant de cette activité ni de qui émanait l'autorisation. Les organisateurs nous ont répondu qu'ils disposaient de tous les permis nécessaires et que nous ne pouvions rien y faire."

Pour l'organisateur, tout est en règle

L'organisateur de Kermezzo, Patrick Morin, préfère retenir "les 12.000 personnes qui sont venues et qui nous remercient pour les spectacles proposés. Il n'y a que 4 nocturnes jusqu'à 2 heures du matin sur l'ensemble du festival, les vendredis et samedis. Nous avons travaillé avec les riverains, les commerçants et la commune et disposons de nos propres sonomètres pour surveiller le respect des niveaux sonores autorisés, que nous n'avons jamais dépassés. Je n'ai pas grand chose d'autre à dire, poursuit l'organisateur, si ce n'est que nous respectons la loi et arrêtons les concerts à la seconde où nous devons le faire."

L'échevin etterbeekois Patrick Lenaers confirme l'imposition de normes sonores strictes : 85 décibels en extérieur jusqu'à 22h, 70 db entre 22h et 1h du matin et 50 db au-delà d'1h. "Nous n'avons constaté qu'un seul petit problème de dépassement, que l'organisateur à résolu. Et nous n'avons enregistré à ce jour qu'une seule plainte d'habitants et avons prévenu les organisateurs que toute nouvelle infraction entraînerait la fermeture du festival."

Patrick Lenaers s'interroge du reste sur le bien fondé de cette unique plainte, se demandant si elle n'est pas l'oeuvre de "mauvais coucheurs". Le couple de plaignants, lui, évoque plutôt la résignation du voisinage, les plaintes n'ayant guère de chance d'aboutir selon eux. Entre tranquillité des habitants et réjouissance des amateurs de musique, l'équilibre reste décidément difficile à trouver.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK