Le dernier tronçon du RER flamand terminé, la version wallonne attendra encore

Les deux nouvelles voies (à droite) érigées entre la gare du Midi et Anderlecht en direction de Denderleeuw, Gand, puis la côte belge. Les ouvriers s'affairent aux tout derniers travaux.
3 images
Les deux nouvelles voies (à droite) érigées entre la gare du Midi et Anderlecht en direction de Denderleeuw, Gand, puis la côte belge. Les ouvriers s'affairent aux tout derniers travaux. - © B. Schmitz - RTBF

Le RER est désormais totalement terminé... en tout cas pour sa version flamande ! Le dernier tronçon de 3km, situé en région bruxelloise entre la gare du Midi et Anderlecht, sera utilisable dès lundi. Deux voies ont été ajoutées à cet endroit, qui en compte désormais un total de sept. 
Et ces changements, il vont aussi avoir un impact pour les usagers du train de Wallonie et de Bruxelles. 

Vers la mer et au-delà

Sur les voies, les machines sont occupées aux derniers travaux, avec à leurs pieds, une image un peu étonnante : des ouvriers qui travaillent à la fourche !

"Effectivement, il y a encore une partie où les hommes doivent travailler avec des fourches. C'est pour mettre du ballast", explique Arnaud Reymann, porte-parole d'Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire en Belgique. "Le ballast étant ces cailloux qui viennent stabiliser la voie"

Pendant ce temps, d'autres ouvriers passent sur les voies, perchés sur des plateformes hautes, tractées par des trains, histoire d'être à bonne hauteur pour vérifier que les connexions des caténaires (les câbles électriques au-dessus des voies) sont bien en place. Bref, les tout derniers travaux. Lundi, les trains de passagers pourront passer sur ce nouveau tronçon, désormais doté de sept voies.   

"Cette augmentation du nombre de voies sur la ligne en provenance de la mer et juste à l'entrée de la gare du Midi va avoir de gros avantages. D'abord, s'il y a une demande, nous pourrons augmenter le nombre de trains vers la côte, en cas de forte affluence lors d'un week-end cet été, par exemple. Ensuite, en cas de problèmes d'un train ou d'une alimentation, cela permettra une plus grande fluidité du trafic. Et cela pour tous les convois qui viennent en gare du Midi".  

Notamment donc pour les trains qui vont vers Liège et Eupen, puisque ce sont précisément ceux qui démarrent depuis la côte belge. "Selon les dernières études, on estime que les trains gagnent en moyenne une minute sur leur ancien temps de parcours en passant pas ce tronçon élargi".  

2031 en Wallonie... si tout va bien

Ce tronçon de 3km, c'est aussi le dernier chainon qui termine le RER dans sa version flamande. Mais côté wallon, on le sait, il faudra encore patienter quelques années. L'an dernier, 1 milliard d'euros a été promis, notamment par le gouvernement fédéral, pour relancer les chantiers. 

"Heureusement, on constate que pendant la crise du Covid, les travaux du RER en Wallonie n'ont pas fortement été impactés. On parle de deux semaines de retard environ, qu'on pourra sans doute rattraper dans les mois qui viennent. Ce qui signifie qu'il y a bon espoir de pouvoir maintenir les échéances de chantier qui avaient été fixées l'an dernier", conclut Arnaud Reymann.    

En clair, un RER wallon bouclé en 2031. Plus de dix ans, donc, après la Flandre.

Démolition de deux ponts dans le cadre des travaux du RER wallon, à Waterloo, le 26 octobre 2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK