Campement du parc Maximilien: l'heure du démontage

Le campement, qui accueille depuis environ un mois des centaines de candidats réfugiés, va fermer ses portes. Pour la plateforme citoyenne qui le gère depuis le début, il est plus que temps que l'Etat fédéral prenne ses responsabilités en matière de pré-accueil. Pourtant, si le campement est démonté, la plateforme, elle, ne va pas cesser toutes ses activités.

"La plateforme est en train d’ouvrir un nouvel entrepôt dans lequel on va poursuivre les animations scolaires, les soins médicaux, la distribution de vêtements et autres, indique Lou Kacen, coordinatrice. À côté de l'aspect matériel, c'est aussi la relation qui s’est établie entre les citoyens et les réfugiés que nous ne voulons pas perdre."

Les différents services proposés par la plateforme citoyenne seront désormais offerts aux candidats réfugiés dans un hangar de 1.000 mètres carrés du quai de Willebroek, à quelques centaine de mètres du parc Maximilien.

En parallèle et toujours dans ce nouvel entrepôt, Médecins du Monde, déjà présent au parc Maximilien, proposera des consultations médicales et un soutien psychologique aux réfugiés. Ces services seront assurés quotidiennement de 14 à 22 heures.

Théoriquement, le campement devrait donc être vide ce jeudi soir. Elodie Francart, porte-parole de la plateforme, nous détaille la situation: "Il y a 183 personnes qui ont été relogées dans des familles jusque hier. Cela va se poursuivre et en parallèle, 120 places s’ouvrent au WTC III aujourd’hui comme promis par le gouvernement. Ce soir, il ne devrait donc plus y avoir de réfugiés sur le campement."

Quatre tentes de l'ONG seront néanmoins maintenues pour accueillir les réfugiés qui arriveront la nuit et pour qui aucune famille d'accueil ne peut être trouvée directement. Une équipe mobile de Médecins du Monde procédera aussi à des maraudes dans le parc afin de proposer ses services aux personnes qui y resteront.

En réaction au démentèlement, un groupe de 100 à 200 sans-papiers a déclaré ne pas avoir l'intention de quitter le parc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK