La zone de police de Bruxelles-Ixelles a besoin de 200 policiers en plus

Le futur bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close.
Le futur bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close. - © Belga

La zone de police de Bruxelles-Ixelles a besoin de 200 policiers en plus, a indiqué mercredi le futur bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, sur les ondes de Bel-RTL.

Chaque année, la police de Bruxelles doit prendre en charge 800 manifestations de revendication et 2000 manifestations festives en plus des missions classiques de police dans une ville dont la population augmente. Selon le bourgmestre, la police de Bruxelles et les autres services impliqués mardi soir à la suite de l'acte terroriste commis à la Gare centrale ont très bien collaboré et, en une demi-heure, tous les acteurs concernés, de la police aux chemins de fer, étaient mobilisés.

"Ce professionnalisme ne peut dépendre de l'épuisement des policiers. La police est sous pression. Elle gère extrêmement bien la situation -la population peut être rassurée- mais le boulot d'un décideur politique, c'est d'anticiper le fait qu'à un moment, elle ne pourra peut-être plus suivre", a expliqué Philippe Close.

Le bourgmestre a insisté sur la difficulté du recrutement. "Les budgets sont là mais on n'arrive pas à recruter. Il faut 200 policiers en plus en dans la zone de police Bruxelles-Ixelles", a-t-il ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK