La Région bruxelloise a-t-elle été défavorisée dans la répartition des fonds de relance européens ?

La Région bruxelloise s’est-elle fait avoir dans la répartition des fonds de relance de l’économie qui vont venir de la Commission européenne ? En tout cas, c’est ce qu’on laisse entendre ce matin dans un article du journal le Soir. Selon un accord qui serait intervenu hier entre le Premier ministre et les ministres-présidents des entités fédérées, la Région bruxelloise n’obtiendrait "que" 6,7% des presque 6 milliards d’euros de l’Europe. C’est par exemple environ 4 fois moins que la Wallonie, 6 fois moins que la Flandre et trois fois moins que le Fédéral.

Ce qui fait dire à deux sources anonymes citées ce matin dans le Soir : "La Flandre et la Wallonie se sont entendues sur le dos de Bruxelles".

Au gouvernement bruxellois aussi, visiblement la pilule a du mal à passer pour certains. La secrétaire d’état Ecolo en charge de la transition économique, Barbara Trachte s’interroge. "Je vous avoue que je suis un petit peu étonnée en lisant cette répartition, un peu surprise, parce que Bruxelles est le poumon économique du pays. La Région crée 20% de la richesse du pays, des emplois qui bénéficient aux deux autres Régions globalement. C’est aussi la porte d’entrée, l’image de l’ensemble du pays. A ce stade, j’attends des explications pour savoir si Bruxelles s’est fait avoir. Il n'y a pas de clé préexistante pour répartir des fonds entre le fédéral et les différentes entités fédérées, mais en tout cas la clé qui a été utilisée aujourd’hui est très défavorable à Bruxelles, à première vue".


►►► Plan de relance : la relance du compromis à la belge ?


L’autre ministre Ecolo du gouvernement bruxellois, Alain Maron, a demandé la convocation d’un gouvernement bruxellois aujourd’hui en urgence sur ce point. Cette réunion se tiendra dans la journée. Une autre Ecolo, l’ancienne présidente du parti, bruxelloise, mais aujourd’hui ministre au fédéral, Zakia Khattabi s’est elle aussi étonnée des chiffres ce matin dans un tweet en parlant de "répartition défavorable".

Du côté du cabinet du ministre-président bruxellois PS Rudi Vervoort, ce matin, on nous a répondu : "Pas de commentaire à ce sujet. C’est un accord. Personne n’a ce à quoi il prétendait". Ambiance.

Dans l'opposition aussi, on tire à boulet rouge sur cette répartition. "Les commerçants bruxellois étaient déjà les parents pauvres par rapport aux aides développées dans les autres régions. Aujourd’hui, avec ce plan de relance où Bruxelles ne reçoit que les miettes, ce sont tous les Bruxellois qui sont sanctionnés", écrit le président du MR bruxellois David Leisterh dans un Tweet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK