La Fédération Wallonie-Bruxelles envisage de vendre le Pathé Palace au privé

La Pathé Palace est situé sur le boulevard Anspach, au centre de Bruxelles.
La Pathé Palace est situé sur le boulevard Anspach, au centre de Bruxelles. - © DR

La Fédération Wallonie-Bruxelles, propriétaire du Pathé Palace au centre de Bruxelles, pourrait vendre l'édifice au secteur privé faute de solution publique, a indiqué lundi le ministre du Budget de la Fédération, André Flahaut.

Propriétaire du bâtiment depuis 2001, la Fédération a investi à ce jour plus de 16 millions d'euros dans le plus ancien cinéma de Bruxelles, pour en faire un salle de cinéma d'art et d'essai. Mais serrée financièrement, la Fédération ne souhaite plus assurer aujourd'hui les charge de l'emprunt (531 000 euros par an), ni les frais de fonctionnement.

Elle a dans un premier temps cherché à négocier une cession emphytéotique à la ville de Bruxelles, puis à la Région bruxelloise, puis à la Cocof, mais toutes ont repoussé la proposition.

Trois solutions

Interrogé lundi en commission du Parlement par les députés d'opposition Philippe Knaepen (MR) et Christos Doulkeridis (Ecolo) sur la suite que la Fédération entend à présent donner au dossier, le ministre Flahaut a tracé trois solutions.

La première, qui consisterait pour la Fédération à conserver la gestion du bâtiment Art Déco, n'est toutefois "pas soutenable" financièrement, a-t-il reconnu. M. Flahaut a dès lors pris langue pour trouver une solution avec le fédéral via Beliris. Il rencontrera d'ailleurs le ministre Didier Reynders prochainement à ce sujet "pour faire en sorte que le Pathé Palace puisse rester dans le giron public". Mais faute de solution, la Fédération pourrait vendre - à perte - le monument au privé, a indiqué le ministre, sous condition toutefois d'y maintenir des activités culturelles. "S'il faut passer par là, on passera par là", a averti le ministre. Plusieurs opérateurs privés ont déjà manifesté leur intérêt, selon lui.

Dans sa réplique, le député réformateur Knaepen s'est dit "catastrophé" à l'idée d'une éventuelle vente du Pathé au privé. Refusant aussi cette solution, M. Doulkeridis juge lui impossible que Beliris - où la Région bruxellois à voix au chapitre - accepte de reprendre le bâtiment.

Plutôt qu'une vente au privé, il a plaidé pour une gestion par la Fédération, fustigeant au passage l'attitude "incompréhensible", selon lui, des autorités communales et régionales bruxelloises dans ce dossier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK