La commune d'Ixelles ferme une crèche dépourvue d'agrément

Une vingtaine d'enfants privés de crèche à Ixelles
Une vingtaine d'enfants privés de crèche à Ixelles - © CYNTHIA CHAROT - BELGA

La crèche "Les Chachoux", rue Paul Lauters a Ixelles, accueille une vingtaine de marmots. Ou plutôt accueillait. Ce jeudi, la commune d'Ixelles a fait fermer l'établissement après avoir constaté que la sécurité des enfants ne pouvait plus être garantie.

Changement de propriétaire suspect

Les parents ont eu la puce à l'oreille quand ils ont appris, un peu à la sauvette, que la crèche avait changé de propriétaires. Les nouveaux gérants ne maîtrisent pas bien le français. Et les parents n'ont pas pu vérifier s'ils étaient en possession des diplômes requis pour exploiter une crèche.

Mardi, certains d'entre eux ont alerté la commune d'Ixelles. Le vendredi précédent, un morceau de plafond s'était détaché et était tombé au sol en présence des enfants. La réparation rapidement effectuée ne les avait pas rassurés. Les services de la petite enfance se sont donc rendus sur place mais ils n'ont pas constaté de manquements susceptibles de mettre la sécurité des enfants en danger.

Comme l'explique l'échevine (Ecolo) de la petite enfance, Anaïs Camus, les pouvoirs de la commune sont limités. "Il s'agit d'une crèche qui ne disposait plus d'aucun agrément, ni de la part de l'ONE, ni de "Kind & Gezin" depuis le 8 mars. Elle se trouve dans un no man's land juridique, sous la responsabilté de la commune, qui ne dispose pas de beaucoup de moyens d'action. La précédente direction avait été mise en demeure par l'ONE de se conformer aux normes. Au lieu de se mettre en ordre, les propriétaires ont vendu le fond de commerce."

Deux puéricultrices licenciées

La crèche est donc restée en activité jusqu'à ce jeudi. Malgré les circonstances, la plupart des parents conservaient confiance dans "Les Chachoux" parce que les trois puéricultrices étaient de qualité, l'une d'entre elle disposant même du diplôme de directrice. Mais ce matin, deux des trois puéricultrices ont été licenciées et interdites d'entrée dans la crèche. La police a même dû se rendre sur place. Cet élement neuf a précipité la décision de femer la crèche.

"L'enquête est toujours en cours", explique l'échevine de la petite enfance, "donc on ne sait pas combien de temps la crèche va rester fermée et pour quels motifs. A priori, à partir du 1er juin, un arrêté entrera en vigueur et fera en sorte que ce genre de crèche ne puisse plus exister. A partir de cette date, la Commission communautaire commune de la Région sera compétente pour les fermer sans devoir recourir à d'autres raisons que le fait qu'elles ne sont autorisées ni par l'ONE ni par Kind & Gezin".

La commune s'efforce de trouver des solutions d'hébergement dans d'autres milieux d'accueil pas trop éloignés en collaboration avec l'ONE.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK