La chasse au plastique divise le conseil communal de la Ville de Bruxelles

Les échanges ont été vifs lundi soir lors du conseil communal de la Ville de Bruxelles. Le groupe MR avait mis à l'agenda une proposition qui visait à interdire l’utilisation de tous les plastiques à usage unique dans les services de la Ville de Bruxelles. L’idée a aussitôt été recalée par la majorité PS-Écolo-Défi qui dénonce une récupération politique dans un contexte où la question climatique revient à l'avant-plan. 

La chasse au plastique du MR, la majorité n'y croit pas vraiment. L'opposition libérale proposait de supprimer le plastique dans tous les services de la Ville de Bruxelles, "il s’agit de dire stop au plastique à usage unique, au plastique qui n’est pas recyclé", explique David Weytsman, chef de groupe MR/Vld à la Ville de Bruxelles, histoire de compléter l’accord de majorité. Mais, selon le mandataire, rien de concret dans ce sens n’est fait pour le moment.

Rien de concret! 

Ce n’est pas l’avis de Benoît Hellings, échevin Écolo du climat, qui pointe la suppression des bouteilles en plastique dans tout l’hôtel de ville ainsi que la campagne de sensibilisation à destination de l’ensemble du personnel pour l’utilisation d’une gourde réutilisable.

Un argument "corsé"

L’argument est un peu corsé pour les Écolos qui rappellent le marché, lancé par le MR quand il était dans la majorité, pour l'achat d'un demi-million de gobelets en plastique. Dans un premier temps, le MR disait qu’Écolo l'avait aussi voté. Après vérification, ce n'est pas passé devant le conseil communal. 

Pour David Weytsmans, "tout le monde évolue et les comportements sont en train de changer". Du côté d’Écolo, on veut réparer "cette hémorragie plastique dont est responsable le MR". Il est prévu de revoir ce marché public et de transformer la commande de gobelets plastiques en gobelets carton.

Améliorer les conditions de travail

A noter que le conseil communal s'est ouvert sur l'interpellation d'une cinquantaine de représentants du personnel des 19 communes bruxelloises. Ils étaient présents lundi soir pour alerter les élus sur leurs conditions de travail. Ils revendiquent d’être mieux payés, leurs barèmes sont bien en-deçà de leurs homologues wallons et flamands selon eux. Depuis plusieurs semaines, ils rendent visite aux nouveaux conseils communaux de la région bruxelloise. La Région compte quelque 35.000 travailleurs dans les services locaux.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK