La carte de banque bientôt utilisable comme ticket de STIB

Ces nouveaux validateurs ont une couleur bleue et permettent le passage de cartes de banque équipées de la technologie de paiement sans contact
3 images
Ces nouveaux validateurs ont une couleur bleue et permettent le passage de cartes de banque équipées de la technologie de paiement sans contact - © B. Schmitz - RTBF

Vous êtes pressés, en retard, vous devez absolument attraper un tram ou un métro à la dernière minute, mais… vous n'avez pas de ticket ! Et le temps de vous en procurer un à la machine automatique pour pouvoir passer le portique, vous aurez raté votre correspondance. Râlant ? Et bien, ce sera bientôt du passé à Bruxelles. 

La STIB est en train de tester un nouveau système pour vous permettre de prendre le bus, le métro ou le tram en utilisant une carte de banque à la place d'un ticket.

Une carte bancaire à valider et re-valider

De nouveaux boitiers validateurs bleus ont été installés il y a quelques jours à côté des traditionnels boitiers rouges, que tous les utilisateurs de la STIB connaissent. Trois de ces nouveaux boitiers se trouvent à la station Parc, une poignée d'autres ont été placés dans des bus et des trams.

Ils ne fonctionnent pas encore. Mais à terme, ils permettront d'entrer directement dans le métro ou de payer dans le bus ou le tram en passant directement sa carte de banque devant le lecteur. En tout cas si la carte de banque, que ce soit une carte de débit ou de crédit, dispose de la technologie de paiement sans contact. "La carte de banque deviendra alors le titre de transport", explique Françoise Ledune, la porte-parole de la STIB. "Si vous changez de bus ou de tram sur votre trajet, il faudra revalider à chaque fois devant ces nouveaux lecteurs avec cette même carte de banque. Idem pour passer les portiques afin de sortir du métro par exemple". Le prix d'un ticket de base sera alors débité de votre compte en banque. Une et une seule fois. En tout cas, si vous ne dépassez pas une durée de trajet de 60 minutes, comme c'est le cas avec n'importe quel autre billet classique de la STIB.     

Un prix pas encore tranché

Mais avant la mise en service, il faut vérifier que ce nouveau système fonctionne. D'abord, au point de vue technique. C'est la première vague de tests qui sont réalisés jusque fin décembre. "Au niveau des boitiers à la station parc, on va vérifier que le fait de passer une carte valide devant, actionne bien l'ouverture du portillon. Et dans les bus et trams, nous devons vérifier que ces boitiers envoient bien l'information de validation dans notre base de données, même lorsque le véhicule traverse un tunnel par exemple. Ensuite, à partir de janvier, on va s'assurer que ces lecteurs sont bien compatibles avec chaque type de carte bancaire, quels que soient le modèle, la marque ou la banque émettrice. Enfin, si tout cela est concluant, il faudra installer 6200 de ces nouveaux boitiers à côté des actuels boitiers rouges dans les stations de métros, ainsi que dans les bus et les trams", ajoute Françoise Ledune.  

La Stib espère rendre ce nouveau moyen de paiement opérationnel juste avant l'été prochain. Le prix définitif qui sera demandé pour un voyage payé de cette manière n'est pas encore définitivement fixé. Mais il devrait tourner autour du prix actuel d'un ticket unique, acheté sans carte Mobib, soit entre 2,1 euros (si acheté à une machine automatique ou un guichet avant d'embarquer) et 2,5 euros (si acheté directement auprès du chauffeur dans le bus ou le tram). 

Précisons que le prix d'un voyage avec une carte Mobib Jump de 10 trajets est aujourd'hui moins cher, puisqu'il revient à 1,4 euros (14 euros pour 10 trajets). 

D'autres villes comme Londres ou Dijon utilisent déjà ce type de système de paiement direct par carte bancaire. Avec succès selon la Stib, puisque ces deux villes auraient ainsi augmenté leur nombre de voyageurs annuels.

C'est justement l'un des objectifs de la société de transport en commun bruxelloise. "On table sur le fait qu'il y a peut-être un frein aujourd'hui à l'utilisation des transports publiques qui est lié à la façon de se procurer un titre de transport. Et donc, on table sur le fait que cette nouvelle technologie va rendre l'usage plus spontané et que cela va augmenter le nombre de voyageurs. Notamment au niveau des touristes. Mais aussi de ceux qui ne sont pas habitués à utiliser le réseau de la STIB, qu'ils viennent de l'étranger, d'autres régions de Belgique ou même des Bruxellois qui ne prennent les transports en commun qu'une fois de temps en temps et sont un peu perdus lorsqu'ils doivent le faire".

A noter que le système actuel de validation avec des tickets ou une carte Mobib continuera bien sûr de fonctionner à côté des nouveaux boitiers.    

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK