L'Union belge et Golazzo veulent faire du Stade Roi Baudouin une "Golden Generation Arena"

L'Union belge de Football et la société organisatrice d'événements sportifs Golazzo ont exprimé, lors d'une conférence de presse à Tubize, leur volonté de rénover le Stade Roi Baudouin. Ils disent pouvoir compter sur "un large soutien politique des tous les partis" . L'URBSFA et la société organisatrice du Mémorial Van Damme veulent profiter du rayonnement et des succès sportifs des Diables Rouges en football et de Nafissatou Thiam en athlétisme pour transformer le vétuste stade Roi baudouin en une enceinte dont la Belgique puisse être fière.

C'est le moment

La "génération dorée" en football atteint son apogée et elle ne sera pas éternelle. Le moment est donc idéal pour mettre le projet en chantier, estime Peter Bossaert, le CEO de l'Union belge de Football. Il compte faire appel aux étudiants en architecture et en ingénierie pour plancher sur un projet dont le budget tournerait autour des 150 à 200 millions d'euros. Faut-il modifier l'inclinaison des tribunes? Comment rapprocher le public du terrain pour améliorer l'ambiance lors des matches sont autant de pistes de réflexion qui seront soumises aux étudiants.

Golden Generation Arena

A priori, ce sera le nom de la nouvelle enceinte. C'est en tout cas, à ce stade (sans jeu de mots) le nom du projet. L'objectif est d'aboutir pour 2022. Union belge et Golazzo comptent faire appel à un financement public. S'ils ont bien insisté sur le fait qu'ils disposaient du soutien de l'ensemble des partis politiques, ils sont restés vagues sur l'origine des fonds publics sollicités. Argent fédéral, régional, communal? Sans doute un peu des trois. L'initiative de Golazzo et de l'Union belge présente d'abord toutes les apparences d'une vaste entreprise de lobbying.

Interrogé par la RTBF, Peter Bossaert, le patron de l'Union Belge reconnaît que l'annonce de ce mardi n'est qu'un point de départ. "A un moment donné il faut prendre l'initiative, c'est ce qu'on a fait aujourd'hui. Et on est quand même plus loin que cela : on a un large soutien du monde politique, de l'UEFA, de la fédération internationale d'athlétisme, et surtout de notre public et des athlètes. C'est le moment pour y aller."

Le choix de la simplicité

Rénover le vieux stade Roi Baudouin, une option longtemps écartée .... mais qui semble aujourd'hui parée de toutes les vertus. Parmi celles-ci : la simplicité. Le stade Roi Baudouin appartient déjà à la ville de Bruxelles, plus besoin de négocier avec la Flandre comme dans la saga du parking C. Une option qui coûterait aussi moins cher, entre 150 à 200 millions, c'est beaucoup moins que les 350 millions estimés pour une toute nouvelle construction. Enfin, une rénovation, cela devrait prendre moins de temps. Le stade rénové sera plus petit 40.000 places au lieu des 47.000 actuelles, mais il sera plus confortable et plus sûr pour les supporters.

Premières réactions

Sur Twitter l'échevin des Sports de la Ville de Bruxelles, l'Ecolo Benoît Hellings, ne cache pas son enthousiasme. Mais le choix des mots confirme qu'il n'y a pas aujourd'hui d'accord sur la rénovation du stade Roi Baudouin. Il s'agit maintenant de plancher sur le projet.

L'opposition cdH à la ville de Bruxelles a un tout autre point de vue. "Après la grandiloquence m'as-tu-vu de l'ère Courtois sous la mandature précédente, voilà qu'on se dirige vers le ridicule étriqué version Benoit Hellings pour la mandature à venir", dénonce dans un communiqué le cdH bruxellois. "Du gnagnagna, la Ville de Bruxelles va passer au rikiki!", résument les centristes.

A leurs yeux, le projet dévoilé mardi par la Ville de Bruxelles est "la pire des solutions envisageables, parce qu'il constitue essentiellement à poser un, puis plusieurs emplâtres, qui s'avèreront au final particulièrement coûteux, sur une jambe de bois déjà largement vermoulue".

Et les socialistes, partenaires des Ecolo à la Ville ? Ni le bourgmestre Philippe Close, ni le ministre-président Rudi Vervoort n'ont souhaité réagir à l'annonce. L'avenir dira si ce mutisme est indicateur de difficultés à venir.

La Flandre approuve

De son côté, le gouvernement flamand s'est félicité de la décision. "Je suis content que le bon sens ait prévalu", a commenté le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA). "Pendant des années, on a fait comme si cette rénovation n'était pas une option, mais il se confirme maintenant que c'est possible. Il n'y a donc pas besoin de construire un stade en dehors de Bruxelles sur le parking C".

Le ministre flamand des Sports, Philippe Muyters (N-VA), a lui aussi salué la décision. "Une rénovation du stade existant, avec maintien du Mémorial Van Damme, a toujours été notre scénario privilégié. La question d'un éventuel financement de la Flandre pour cette rénovation devra être tranchée par le prochain gouvernement flamand".

Il y a un peu plus d'un an, le gouvernement flamand avait définitivement fait capoter le projet d'un nouveau stade national sur le plateau du Heysel en refusant d'octroyer à Ghelamco un permis d'environnement pour la construction et l'exploitation du projet sur le Parking C.

Journal télévisé de la mi-journée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK