Bruxelles: le Sheraton ferme ce mercredi, il faut reloger les clients de 250 chambres

Il ne reste que 60 000 euros dans les caisses de l’hôtel,
Il ne reste que 60 000 euros dans les caisses de l’hôtel, - © Tous droits réservés

L'hôtel Sheraton fermera ses portes ce mercredi à midi. Le tribunal de commerce néerlandophone de Bruxelles a nommé deux curateurs mardi après avoir prononcé la faillite du Sheraton Brussels Hotel, situé place Rogier à Bruxelles.

L’hôtel devra être vide pour mercredi après-midi.

Reloger les clients de 250 chambres d'ici mercredi

Les clients qui y séjournent seront relogés dans d'autres hôtels du groupe Starwood "en ville" selon le communiqué de Sheraton.

Mardi soir, la direction de l'hôtel était occupée à trouver des hébergements alternatifs dans les hôtels du groupe Marriott-Starwood aux clients des 250 chambres du Sheraton de Bruxelles encore réservées pour la soirée, ainsi que pour les réservations futures déjà conclues.

La Brussels Hotels Association (BHA) met à disposition son réseau pour proposer des possibilités de replacement pour le personnel et pour reloger les clients actuels et ceux qui ont réservé des séjours, a annoncé mardi Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de BHA.

Le groupe Starwood/Marriott sollicite en première ligne son propre réseau pour reloger les clients du Sheraton aux mêmes conditions et pour replacer son personnel, après renvoi, qui rassemble au moins 200 travailleurs. Ce dernier a déjà été informé des offres existantes. Les derniers clients du Sheraton Brussels Hotel partiront mercredi soir. A côté du Sheraton Brussels Hotel, Starwood compte à Bruxelles les hôtels Aloft Brussels Schuman, Four Points by Sheraton Brussels situé avenue Louise et Sheraton Brussels Airport hôtel. En tenant compte de la fusion avec le groupe Marriott, le nombre d'hôtels disponibles dans la Ville est augmenté de quatre unités.

L'association BHA intervient en conséquence en renfort. Des premières positions ouvertes dans le secteur pour le personnel ont déjà été transmises au groupe Starwood/Marriott. BHA est également déjà en contact avec la Ville, la Région et Actiris.

Le secteur hôtelier bruxellois compte quelque 17 000 chambres, avec un taux d'occupation moyen en 2015 de 72

La galerie commerçante qui se trouve dans le bâtiment reste ouverte.

"La fermeture forcée de l'hôtel est causée par la situation financière de l'exploitant et n'a aucun lien avec la marque Sheraton", souligne la chaîne. Sheraton a géré l'hôtel de 1973 à 2009, année au cours de laquelle elle a conclu un contrat de gestion à longue durée avec SBH SPRL.

Le syndicats déplorent le manque de respect envers les travailleurs

Les curateurs ont expliqué lors du conseil d'entreprise exceptionnel qu'il ne restait plus que 60 000 euros sur les comptes de l'hôtel, soit trop peu pour payer les salaires de décembre des 200 travailleurs. Une analyse et une enquête vont désormais être lancées pour comprendre les raisons de la faillite. "Nous avons eu très peu de réponses sur les vraies raisons", déplore Grace Papa, secrétaire permanente pour la CSC Alimentation et Services, précisant que le propriétaire, qui est également le gestionnaire, n'était pas présent lors du Conseil d'entreprise. "Il n'aura pas eu le moindre respect" pour les 200 travailleurs qui seront licenciés par courrier recommandé dès demain.

Les employés devront donc s'inscrire au chômage pour bénéficier d'indemnités avant une potentielle reprise. Si celle-ci s'avère réalisable, les syndicats espèrent qu'elle "se fera dans les six mois" afin que le personnel repris puisse l'être aux mêmes conditions qu'actuellement pratiquées.

Les curateurs ont indiqué lors du conseil d'entreprise que deux groupes hôteliers se renseignaient sur les conditions de reprise du Sheraton de Bruxelles. Un avenir qui dépendra également des négociations à entamer avec le propriétaire de l'hôtel concernant le bail, Rolf Nordström. Par ailleurs, plusieurs hôteliers ont fait savoir au syndicat CGSLB leur intention d'engager du personnel, maintenant que le secteur connaît des jours meilleurs. "La reprise du secteur est lancée, et les hôtels travaillaient (depuis les attentats) avec des équipes restreintes", explique Xavier Muls.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK