L'hôtel de ville de Bruxelles se pare de 100 000 fleurs

De vieux vélos ont été réutilisés dans cette composition
4 images
De vieux vélos ont été réutilisés dans cette composition - © Fabian De Backer

Des dizaines de milliers de fleurs ont envahi l’hôtel de ville de Bruxelles. C’est le Flowertime jusqu’à dimanche. Cette année, le parcours se veut international avec une trentaine d’artistes issus de 13 pays différents. Ils ont pour la plupart travaillé avec des fleurs de chez nous.

Des fleurs des champs semblent avoir poussé sur la table de réunion des échevins et bourgmestres. Des pétales de céramiques virevoltent dans les airs. Cette visiteuse est sous le charme. " C’est léger, coloré, magnifique, s’exclame-t-elle. Ces artistes sont des magiciens. Je suis scotchée par leur magie." L’artiste japonaise a travaillé avec des fleurs des champs, celles que l’on retrouve dans nos campagnes belges. "Les artistes travaillent majoritairement avec des produits locaux, explique Karel Goethals de l’asbl Tapis de fleurs. Malgré cela, la dimension internationale de l’exposition se sent à travers leur style différent en fonction du pays d’où ils viennent."

Un peu plus loin, des sphères géantes semblent suspendues une jungle fleurie. Cette œuvre monumentale a été imaginée par Natallia Sakalova et réalisée avec son équipe de 14 fleuristes. "Nous avons pris 3 jours et quelques heures pour terminer ce travail", explique l’artiste biélorusse, satisfaite du travail accompli.

La trentaine d’artistes qui décorent l’hôtel de ville est issue des quatre coins du monde : Japon, Indonésie, Roumanie, Lettonie… mais aussi Belgique avec le clou du spectacle : la salle des mariages. Quand on y entre, on est surpris par les dizaines d’orchidées suspendues dans des fioles. Le blanc des fleurs contraste avec les dorures de l’hôtel de ville. "C’est chargé mais malgré tout, c’est beau !", se ravit une visiteuse.

C’est ce que voulaient les artistes qui ont créé l’œuvre : Marc Noël et Sofia Tavares, deux bastognards. "L’idée était de créer un rêve, quelque chose de féerique", explique l’un. "On a utilisé des orchidées, des phalaenopsis, des hortensias, des roses dans les tons pastel", ajoute l’autre.

Avant même que l’hôtel de ville n’ouvre ses portes mercredi à 13h, le succès était au rendez-vous puisqu’une file de plusieurs dizaines de mètres traversait la Grand-Place et la cour intérieure du bâtiment. Comptez 8€ l'entrée pour les adultes et c'est gratuit pour les moins de 10 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK