L'équipe Vervoort boude le Sporting d'Anderlecht: "On ne trinque pas avec des gens incorrects"

Rudi Vervoort: "La Région bruxelloise, c'est un partenaire... Et un partenaire, ça se respecte!"
Rudi Vervoort: "La Région bruxelloise, c'est un partenaire... Et un partenaire, ça se respecte!" - © Belga

Le Sporting d'Anderlecht ne sera pas invité par le gouvernement régional pour fêter son titre de champion. Le club "mauve et blanc" n'est en effet plus en odeur de sainteté auprès de l'équipe régionale dirigée par Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois (PS). En fait, le gouvernement n'avale pas les revirements de la direction du Sporting dans le dossier du futur stade national.

"On ne trinque pas avec des gens qui ne sont pas corrects"

C'est en ces termes lapidaires que le ministre bruxellois des Finances, l’Open VLD Guy Vanhengel, commente l'absence d'invitation du Sporting d'Anderlecht par le gouvernement.

D'ordinaire, tout sportif bruxellois couronné d'un titre significatif fait l'objet d'une petite réception et d'une mise à l'honneur. Pas cette fois-ci pour le club de football le plus emblématique de la région.

La valse-hésitation de la direction mauve dans le dossier du stade national reste en travers de la gorge du ministre-président, Rudi Vervoort. "Je suis quelqu’un d’aimable et de courtois. Mais j’attends la même chose de tout le monde… Aujourd’hui, je ne suis pas rassuré quant aux intentions de certains, du "qui décide de quoi", "qui fait quoi"… C’est aussi une manière de dire que la Région bruxelloise est un partenaire. Et un partenaire, ça se respecte !"

En coulisses, on évoque le rôle jugé néfaste de Jo Van Biesbroeck, le manager opérationnel du Sporting. Présenté comme proche du ministre du gouvernement flamand, le N-VA Ben Weyts, Jo Van Biesbroeck serait celui qui a fait capoter l'accord entre le Sporting et Ghelamco au sujet de la location de l'Eurostadium. Bref, entre le gouvernement bruxellois et les dirigeants anderlechtois, le climat est à l'orage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK