L'affaire de la fête des mères dans l'école Singelijn provoque un déferlement de haine

L'affaire de la fête des mères à Singelijn provoque un déferlement de haine
L'affaire de la fête des mères à Singelijn provoque un déferlement de haine - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Le choix réalisé par l'école Singelijn de ne plus faire de cadeau de fête des mères suscite un déferlement - à peine croyable- de réactions agressives... 

En trois jours, la direction de l'école Singelijn a reçu des centaines de mails insultants, injurieux, et même menaçants. Au point que ce matin, une patrouille de police est même venue surveiller l'arrivée des élèves.

Le directeur, Dominique Paquot, explique que tout est parti d'un malentendu. C’est le terme "culturel" inscrit dans l'avis destiné aux parents qui a déchaîné les passions : "Depuis maintenant 72 heures je reçois des mails d’insultes, d’injures, mais aussi, plus grave, de menaces physique et même de menaces de mort me concernant personnellement. Ce n’est donc plus sur le débat que l’on discute mais sur ma propre personne. Sur les réseaux sociaux, ce sont aussi des menaces de brûler l’école avec les gens qui sont à l’intérieur. Depuis trois jours c’était contre les musulmans, alors que le choix que l’on a fait n’a rien de religieux. Maintenant on m’accuse d’être un militant homo, cela devient n’importe quoi."

Dans un communiqué envoyé aux parents, le pourvoir organisateur a annoncé qu'une plainte allait être déposée. "Le pouvoir organisateur et le directeur à titre personnel ont décidé de déposer plainte avec constitution de partie civile auprès d’un juge d’instruction de Bruxelles du chef de diverses infractions pénales, allant de la menace à l’injure, en passant par l’appel à la haine".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir