Installations au gaz naturel dans les habitations: les contrôles sont-ils suffisants?

La question de la sécurité des installations de gaz à Bruxelles se pose après l'explosion de samedi à Saint-Gilles qui a fait un mort et sept blessés dont trois graves. Le parquet a confirmé la nature accidentelle de l'explosion qui a été provoquée par un problème lié à l'installation.

Aucun contrôle obligatoire

C’est Sibelga, le gestionnaire du réseau de gaz à Bruxelles, qui s’occupe du contrôle des compteurs au moment de leur ouverture, mais au-delà, c'est terminé, Il n’y a aucune vérification sur la sécurité des installations. Ce qui a comme conséquence que Le gestionnaire se retrouve parfois face à des installations non-conformes, comme l’explique Philippe Massart, le porte-parole de Sibelga: "Pour la majorité des 500 000 endroits où il y a des compteurs qui délivrent le gaz à Bruxelles, les installations sont saines et en bon état, mais il arrive que nous découvrions des choses surprenantes, même pour des constructions neuves, qui ne répondent pas aux normes. Nous sommes parfois même sollicités par la police et par les services incendies suite à la découverte d’une installation étonnante, comme un convecteur alimenté par un tuyau d’arrosage qui prélève le gaz dans la cuisine de l’appartement."

Pour Philippe Massart, il faudrait instaurer, pour le gaz, un contrôle sécurité à l’instar de ce qui existe pour l’électricité :

"En électricité, lorsqu’un bien est vendu, le vendeur est tenu de faire vérifier son installation par un organisme agréé et doit présenter à l’acheteur l’état de son installation, actuellement il n’y a pas d’équivalent pour le gaz."

La société de certification Vinçotte a réalisé un document reprenant les points essentiels pour une installation domestique au gaz répondant aux normes de sécurité:  

null

null

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir