Auderghem réclame une étude pour mesurer la qualité de l'air autour du viaduc Hermann-Debroux

Le conseil communal d'Auderghem a voté une motion pour réclamer une étude sanitaire à proximité du viaduc d'Hermann-Debroux.
Le conseil communal d'Auderghem a voté une motion pour réclamer une étude sanitaire à proximité du viaduc d'Hermann-Debroux. - © Google Maps

Jeudi soir, le conseil communal a voté une motion pour réclamer une étude sanitaire à proximité de cet axe routier bien connu des navetteurs. Elle s'adresse au gouvernement régional, compétent en la matière.

Christophe Magdalijns, le bourgmestre faisant fonction, voudrait notamment que le territoire d'Auderghem soit équipé de stations de mesure de la pollution.

"La première façon de procéder, c’est d’évaluer la situation sanitaire autour et alentour du viaduc. C’est une infrastructure très lourde. Deuxième élément, nous répond Christophe Magdalijns, c’est d’appliquer un principe de précaution assez fort : anticiper les mesures de restriction de la circulation quand nous sommes confrontés à des pics de pollution. Autrement dit, dès le seuil d’information atteint, c’est de demander aux automobilistes de rouler moins vite, et de les contrôler pour voir si la mesure est respectée. Aussi d’anticiper toutes les mesures qui sont prises ultérieurement lorsque la situation s’aggrave."

"Nous sommes très inquiets, poursuit le bourgmestre f.f, car tous les signaux qui nous parviennent sont alarmants. Il est clair que les concentrations en polluants sont nettement plus importants près des grands axes routiers. Aujourd’hui, on veut impérativement y voir clair !"

Auderghem attend à présent une réponse officielle du gouvernement bruxellois. Mais la commune pourra sans doute compter sur un homme pour pousser le dossier : Didier Gosuin, ministre régional et bourgmestre empêché d'Auderghem. "Plus de 40 000 véhicules y circulent (aller et retour) chaque jour. Le trafic y est très dense. Il est donc légitime de connaître l’impact que cela peut avoir sur l’environnement. Il faut pouvoir rassurer les habitants quant à la qualité de l’air."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK