Il manque 500 policiers dans les zones de police de la capitale

L'un des grands constats, c'est que le cadre des zones de police bruxelloises est déficitaire. Et que pour le combler, il faudrait engager 500 agents.
L'un des grands constats, c'est que le cadre des zones de police bruxelloises est déficitaire. Et que pour le combler, il faudrait engager 500 agents. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Un message martelé mercredi par les 19 maïeurs de Bruxelles, à l'issue de la conférence des bourgmestres, où étaient entendus les chefs de corps des six zones bruxelloises.

L'objectif de cette rencontre, c'était de tirer les leçons des faits de vandalismes des dernières semaines au centre-ville.

Premier constat : la collaboration entre polices locales fonctionne bien. Mais, et c'est le deuxième constat, le cadre des zones bruxelloises est déficitaire. Pour le combler, il faudrait engager 500 agents. Si possible des Bruxellois, "qui connaissent le terrain", insistent les bourgmestres.

"Il faut aussi renforcer la réserve fédérale"

Il faudrait même doubler, disent-ils, la capacité de ce corps qui vient en aide aux zones de police lors d'événements sensibles. Les autorités bruxelloises plaident pour garantir un appui de minimum 40 policiers fédéraux, au lieu de 20 actuellement.

Denier point d'attention : la surveillance des réseaux sociaux. Elle doit être améliorée grâce à une collaboration accrue entre zones de police, police judiciaire fédérale, et l'agence régionale Bruxelles Prévention Sécurité. Un engagement a été pris hier en ce sens par la conférence des bourgmestres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK