"Happening" : bientôt un film de fiction sur l'incendie de l'Inno

"L'incendie de l'Innovation, c'est un peu notre 11 septembre". Peter Bouckaert, producteur de "Happening", ne recule pas devant les comparaisons puissantes. Il est vrai que ce drame est resté dans toutes les mémoires, malgré les années.

Le 22 mai 1967, en quelques dizaines de minutes, le feu a ravagé le grand magasin de la rue Neuve. On ne sera jamais tout à fait certain du bilan. Officiellement, il s'établit à 251 morts, mais il n'y aura pas moyen d'identifier tous les corps.

Un attentat ?

Jusqu'à présent, aucun film ne relatait cet évènement. Jusqu'à ce qu'arrive Jan Verheyen, une star flamande du petit et du grand écran. Son projet : adapter pour le grand écran "Happening", un roman écrit par Johan Swinnen, un professeur d'université. Swinnen connaît bien le drame. Le jour de l'incendie, il aurait dû accompagner ses parents à Bruxelles, à l'Inno. Mais il avait été puni et était resté à la maison. Ses parents ne sont jamais revenus. 

Officiellement, l'incendie a été causé par un tube lumineux défectueux. Mais une autre thèse a longtemps circulé, selon laquelle le grand magasin aurait été visé par un attentat. On était en 1967, la jeunesse se révoltait contre la guerre du Vietnam. Or, l'Innovation avait justement lancé une quinzaine américaine. C'est cette thèse que le livre explore. Même si aucune preuve n'est jamais venue l'étayer.

Grosses aides publiques

Mais Peter Bouckaert, le producteur du film, insiste : "Même si nous avons travaillé sur le roman de Swinnen, nous incluons également d'autres sources. Happening n'est pas un film complotiste, on raconte une histoire, on explique le contexte dans lequel l'incendie a eu lieu. On donnera plusieurs avis sur ce qui s'est passé. La réalité, c'est que personne ne sait le fin mot de l'histoire".

Le VAF, le Fonds audiovisuel de Flandre, a délié les cordons de la bourse pour aider à la production de "Happening": un million d'euros, une des aides les plus importantes qu'il ait jamais attribuée. Il est vrai que le budget total oscillera entre 4 et 5 millions. Un budget important, mais que le producteur justifie : il faut reconstituer les décors d'une ville devenue, en plus d'un demi-siècle, méconnaissable. Et, surtout, pour que les effets spéciaux soient crédibles, il ne faut pas hésiter à investir dans la qualité. La crédibilité du long-métrage en dépend, même si le réalisateur insiste sur le fait qu'il ne prépare pas un film-catastrophe.

Un film belge

Le producteur a l'intention de faire, non pas un film flamand, mais un film belge : comme l'action se déroule à Bruxelles, chacun parlera sa propre langue. Une manière, peut-être aussi, d'aller chercher un peu d'argent auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles, histoire de boucler le tour de table...

Si tout se passe bien, le tournage devrait commencer avant la fin de l'année. Et le résultat pourrait arriver sur les grands écrans courant 2023.

Pour (re)voir les archives de l'époque...

La RTB (pas encore F) a bien entendu consacré de nombreuses heures d'émissions à ce drame. Pour les revoir, la Sonuma (qui gère nos archives) met à disposition ce lien.

Archives JT 21/05/2017: L'incendie de l'Inno, 50 ans après

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK