Guerre des gaufres en plein centre historique et touristique de Bruxelles

La rue de l'Étuve, en plein cœur du quartier historique de Bruxelles, célèbre pour son Manneken-Pis , ses boutiques de souvenirs, de chocolats, de frites et de gaufres.
La rue de l'Étuve, en plein cœur du quartier historique de Bruxelles, célèbre pour son Manneken-Pis , ses boutiques de souvenirs, de chocolats, de frites et de gaufres. - © Google streetview

A Bruxelles, deux marchands de gaufres du centre-ville se livrent une guerre devant les tribunaux. Situés l’un en face de l’autre à deux pas du Manneken-Pis, ils se détestent et demandent chacun la fermeture du concurrent.

Entre les commerçants des petites rues qui entourent la Grand-Place de Bruxelles, la concurrence est rude et l’ambiance pas toujours des plus cordiales. Les marchands de souvenirs, de gaufres et de chocolats en tous genres sont légion dans ce quartier historique et touristique du centre-ville et la légalité n’y est pas toujours respectée. A L’image de cette histoire arrivée sur les tables du tribunal de l’entreprise de Bruxelles. Les protagonistes en sont un marchand de gaufres et son voisin d’en face, qu’il accuse de ne pas être en règle.

Certes, le concurrent a bien fait la demande d’un permis d’urbanisme afin de pouvoir vendre des gaufres et des frites, mais l’administration lui a donné l’autorisation de vendre des frites et lui interdit expressément de vendre des gaufres, explique Vincent Letellier un des avocats du plaignant.

Mais entre frites et gaufres, quelle est la différence ?

" L’appréciation en est laissée au fonctionnaire délégué qui doit décider du bon aménagement du territoire et de la nature du commerce admissible à cet endroit ", précise l’avocat.

La présidente du tribunal, quant à elle, a pris l’affaire en délibéré mais a également demandé aux parties de tenter une médiation.

Une démarche qui ne semble pas évidente quand on sait qu’aujourd’hui le concurrent reproche à son accusateur d’avoir une statue du Manneken-Pis tenant une gaufre qui gêne l’accès à son commerce, alors que l’accusateur demande, lui, à son opposant d’installer une poubelle devant sa vitrine.

Ambiance !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK