Grève dans les prisons bruxelloises: seuls 15% du personnel présents vendredi matin

Seuls 15% des membres du personnel étaient présents ce vendredi pour le service du matin dans les prisons de Forest, Saint-Gilles et Berkendael, où une grève a débuté jeudi soir, a indiqué la porte-parole de l'administration pénitentiaire, Kathleen Van De Vijver. Les agents pénitentiaires protestent contre la surpopulation carcérale et le manque d'effectif.

Les syndicats évoquent les lenteurs de la procédure de recrutement et l'épuisement des gardiens de prison. "Nous avons eu une réunion avec la direction la semaine dernière au cours de laquelle de nouvelles promesses ont été faites", explique le délégué syndical ACV Helmut Vanhoorne. "Des recrutements sont bien programmés, mais il y a aussi de nombreux départs. La situation reste donc la même, avec une charge de travail toujours aussi élevée. La direction dit vouloir engager plus de personnel. Cependant, la procédure est lente et les nouvelles recrues doivent encore être formées".

De son côté, l'administration pénitentiaire regrette le mouvement de grogne et confirme qu'une procédure de recrutement est en cours. "Nous déplorons la grève malgré les mesures prises par l'administration pénitentiaire", avait indiqué jeudi sa porte-parole Kathleen Van De Vijver.

Si les syndicats reconnaissent les efforts entrepris pour élargir le cadre du personnel, "Bruxelles semble être une région moins attractive", ajoute Helmut Vanhoorne. "Nous attendons depuis longtemps des autorités qu'elles lancent des campagnes de promotion du métier, ce qui se fait déjà pour la police et la SNCB", poursuit-il.

La grève, qui a commencé jeudi à 22h00, a des conséquences pour les détenus, qui sont privés de quitter leur cellule.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK