Grand-Place de Bruxelles: la girouette de saint Michel déménage

Ce mercredi, c'est le grand déménagement sur la Grand-Place de la Ville de Bruxelles. La girouette de saint Michel qui a surplombé pendant des siècles l'Hôtel de Ville va rejoindre la Maison du Roi. Il ne s'agit pas de la statue qui se trouve au sommet. Celle-là, c'est une copie.

L'originale se trouve depuis plus de 20 ans au deuxième étage de la Tour de l'Hôtel de ville. Elle va donc sortir de l'ombre, en pièces détachées pour se poser juste en face.

Plus de 5 mètres de haut, 400 kilos

Dans les couloirs voûtés du deuxième étage de l'Hôtel de ville, on découvre un saint Michel démantibulé. Posés sur le sol, ses ailes, son armure et une jambe. Un peu plus loin, dans une autre pièce, le socle de la girouette, l'épée du patron de Bruxelles et sa tête. Plus de 5 mètres et 400 kilos, il était impossible de le déplacer en un sol morceau.

Alors, il a fallu le démonter: "Heureusement que le corps de Saint-Michel était démontable, explique Paula Cordeiro, gestionnaire du Site de la Grand-Place, parce que les pièces sont lourdes et les fenêtres de l'Hôtel de Ville étroites. Le démon par contre tient en une seule pièce et une partie est en plomb, donc c'est très lourd. Il faut le faire pivoter pour l'extraire de l'Hôtel de ville, puis on utilise une grue pour le déplacer".

Le dépoussiérer pour révéler ce qui reste de sa dorure

Avant la délicate opération, Françoise Urban, restauratrice, a mis saint Michel sur son 31. Une nécessité quand on a plusieurs siècles de vie. "Vous connaissez beaucoup de statues du 15ème siècle?", interroge la restauratrice. "C'est un témoin tout à fait particulier! ".

Elle le dépoussière "avec une brosse pour aller dans les creux. Ca permet de révéler des restants de dorure, puisque Saint-Michel était doré. Cela se trouve souvent sous la crasse, la crasse de l'extérieur puisque c'est une girouette, elle est restée plusieurs siècles dehors et puis c'est la poussière de ces 20 dernières années. Et la poussière est l'ennemie des oeuvres d'art". Françoise Urban l'a étudié de près, elle a analysé les différentes interventions, rénovations qu'il a subies au cours des derniers siècles.

Un corps très réaliste mais un visage aux formes disproportionnées

Cachés pendant plus de 20 ans dans la Tour de l'Hôtel de ville, saint Michel et son démon vont donc retrouver la lumière. Il sera bientôt possible de les redécouvrir. Mais cette fois, de tout près.

Bérengère de Laveleye, conservatrice du Musée de la Ville de Bruxelles explique: "Il fait plus de 5 mètres avec son épée. Le personnage fait une fois et demie une taille humaine. Il est entièrement armuré comme un seigneur du Moyen-Age, une armure très conforme à ce que l'on pouvait voir à l'époque. Si son corps est très réaliste, son visage a toujours étonné. L'archange a de très grandes oreilles, un visage assez inexpressif. Une des explications, outre les différentes interventions au fil des siècles, c'est que c'est un visage qui a été conçu pour être vu à 100 mètres de distance, en contre plongée. On le voit depuis la Grand-Place en regardant en l'air. Ca ne servirait à rien de mettre une expression très fine parce que l'on ne la verrait pas. Donc, c'est vrai, quand on le voit de près, il semble un peu naïf. Même si - et c'est très personnel -  je le trouve surtout effrayant quand on le voit tout assemblé".

Un déménagement de deux ans

Saint Michel sera remonté ce jeudi. Et le public pourra le découvrir lors de l'exposition qui célèbre les 20 ans de l'inscription de la Grand-Place au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle s'ouvrira le 4 octobre à la Maison du Roi. La girouette s'y posera donc deux ans. Ensuite, la statue devrait retrouver les coulisses de la Tour de l'Hôtel de ville pour quelque temps. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK