Fraudes à la STIB : un audit externe et des mises à pied en plus des 11 licenciements

Ce mardi, devant la commission mobilité du Parlement bruxellois, la Ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt, est revenue sur l’affaire des fraudes aux badges au sein de la STIB. Elle a apporté quelques éléments d’information supplémentaires. Ainsi, outre les licenciements pour faute grave de 11 agents de la société de transport public, contestés par les syndicats, d’autres membres du personnel ont fait l’objet d’une mesure de mise à pied. Il s’agit d’une mesure temporaire mais la Ministre n’a précisé ni le nombre d’agents concernés, ni la durée de leur mise à pied.

Un audit externe

Depuis que les fraudes présumées ont été rendues publiques, la STIB a pris plusieurs mesures. Elle a déposé plainte entre les mains d’un juge d’instruction pour faux en écriture informatique, faux et usage de faux en écriture informatique, fraude informatique, escroquerie, concussion, corruption publique et organisation criminelle ; elle a diligenté une enquête interne et un audit interne.

En plus de cela, comme l’avaient du reste souhaité plusieurs députés de la majorité comme de l’opposition, la comité de gestion de la STIB a décidé de mener un audit externe. "Dans une volonté de transparence et d’impartialité, il a été convenu que la Direction générale et les Permanents syndicaux (qui sont membre du Comité de Gestion de la STIB) ne feraient pas partie du Comité de pilotage de cet audit externe", a précisé la Ministre devant les députés.

Ministre soupçonnée d’intervention

Les débats se déroulaient de manière sereine quand le député de la majorité one.brussels, Fouad Ahidar, a demandé à la Ministre si elle avait "demandé des têtes" à la direction de la STIB et donc précipité les 11 licenciements pour faute grave. "Choquée", Elke Van den Brandt a catégoriquement démenti être intervenue et avoir "demandé des têtes". Le député de l’opposition David Weytsman (MR) n’a pas manqué de s’étonner de cette attaque contre la Ministre de la part d’un membre de la majorité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK