Fraude au vaccin: des milliers de Flamands et de Wallons vaccinés à Bruxelles

C'est Inge Neven, Mme vaccin pour la Région bruxelloise qui l'annonce : "quelques milliers" de Flamands et de Wallons ont profité d'un défaut de surveillance des centres bruxellois de vaccination pour recevoir leur première dose à Bruxelles.

Contrairement aux autres régions, Bruxelles permet la vaccination à partir de 46 ans avec inscription possible sur liste d'attente dès 41 ans. Or, afin de simplifier la procédure, les Bruxellois ont choisi de ne demander que deux données pour s'inscrire : le code postal et le numéro national. Afin de court-circuiter une attente plus longue, de nombreux Flamands et Wallons, trop jeunes pour être vaccinables dans leur région, se sont inscrits à Bruxelles en mentant sur le lieu de résidence, en indiquant un code postal d'une des 19 communes. Sur place, ils ont profité du fait que, dans les centres de vaccination, le contrôle des données inscrites sur la puce de la carte d'identité (dont l'adresse) n'était pas systématique.

"Ce n'est plus la peine d'encore essayer le truc maintenant, explique Inge Neven. Nous avons bloqué la possibilité de faire de fausses domiciliations. Et nous scannerons systématiquement les cartes d'identité avant de procéder à l'injection de la première dose."

Mais ceux qui ont fraudé pour obtenir leur première dose ne doivent pas s'en faire : "Ils peuvent venir pour la deuxième dose, c'est quelque chose qui est enregistré dans le système, on ne va pas les dénoncer. Le but c'est de protéger tout le monde via l'immunité de groupe. Exclure ces gens ne servirait pas cet objectif. Nous allons cependant demander aux autres régions de récupérer les doses injectées à ces non-Bruxellois."

Sur le même sujet...

JT du 17/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK