Foire du Midi annulée: il faut une reconnaissance économique du secteur selon Fabian Maingain

Les forains demandent à la Première ministre plus de clarté sur le fait qu'ils dépendent de la catégorie événement ou de celle des marchés.
Les forains demandent à la Première ministre plus de clarté sur le fait qu'ils dépendent de la catégorie événement ou de celle des marchés. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Les autorités de la Ville de Bruxelles ne sont pas revenues sur la décision d’annuler la Foire du Midi prévue du 1er au 30 août prochain, est-il ressorti de la réunion organisée mardi matin durant quelque deux heures entre le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close (PS), l’échevin du commerce Fabien Maingain (DéFI) et une dizaine de représentants des forains. L’information a été confirmée à l’issue de la réunion par Fabian Maingain.

Selon Fabien Maingain, citant le bourgmestre, il a été confirmé que la décision a été prise sur base des "indications claires" du Conseil National de Sécurité concernant cet événement extérieur.

Pour l’échevin, l’enjeu est à présent d’obtenir une reconnaissance des forains comme un secteur économique à part entière "qui doit être aidé".

Mais cette discussion doit avoir lieu au niveau fédéral car l’enjeu dépasse celui de la seule Foire du Midi dont la décision du maintien jusqu’il y a quelques heures a permis à d’autres événements de ce type d’être maintenus au moins partiellement jusqu’à présent, a-t-il ajouté.

Les regards se tournent vers la Première ministre

A l’issue de la réunion, les forains ont tourné leurs regards vers la Première ministre Sophie Wilmès. Ils demandent de sa part plus de clarté sur le fait qu’ils dépendent de la catégorie événement ou de celle des marchés.

La Ville de Bruxelles estime qu’il n’est pas réaliste d’organiser la Foire du Midi par blocs de maximum 200 personnes en toute sécurité. Les forains jugent que l’impact de cette décision est trop important, raison pour laquelle ils se tournent vers la Première ministre.

"L’arrêté ministériel du 30 juin indique que les foires et marchés ne sont pas des événements. Au cours de la conférence de presse, c’était très ambigu. Nous demandons donc à la chancellerie de la Première ministre de clarifier cela", a affirmé Dimitri Delforge, représentant du syndicat des forains.

Pour lui, l’annulation de la Foire du Midi entraîne la fermeture de foires plus petites, ce qui est catastrophique pour le secteur. Nous demandons par conséquent de pouvoir continuer à travailler de la même façon, comme les marchés. Mais ce n’est pas clair, a-t-il ajouté.

JT du 28/07/2020 -

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK