Fin de session à LLN: le lac transformé en dépotoir après la fête

C'est le rendez-vous des étudiants du secondaire ou de l'UCL: le lac de Louvain-la-Neuve. Un point d'eau, de grands espaces verts pour pouvoir profiter du soleil et des températures élevées après une session d'examens harassante.

Du petit apéro entre amis, le lac s'est transformé certains soirs de la semaine en événement à part entière: "Dès le moment où vous avez un petit peu de soleil, il y a entre 500 et 1000 personnes facilement. C'est vrai que la gestion est très compliquée. Regardez, il y a des poubelles partout et les gens mettent leurs déchets à côté." explique Jean-Claude Mangeot, garde forestier de l'UCL.

15 à 20 sacs-poubelles ramassés par jour

Après chaque soirée de fête, les abords du lac doivent être nettoyés. Un comportement inadmissible juge l'Université en charge de l'entretien. Des incivilités que beaucoup d'étudiants regrettent d'ailleurs : "C'est vrai que c'est dommage qu'il y ait autant de déchets. Au moment où je vous parle, je suis peut-être assis sur des capsules de bière. En ce qui me concerne, je fais bien attention à emporter mes déchets avec moi", explique Alex, étudiant en psychologie à peine sorti de son dernier examen.

Jusqu'à 350 euros d'amende en cas d'infraction

De son côté, la commune a pris la décision de renforcer le nombre de patrouilles de police pour sanctionner les incivilités.

Tapage nocturne, dépôt de déchets sur la voie publique: cette année, plusieurs amendes ont déjà été décernées.

Mais face à de pareils événements, la police reste démunie puisqu'il n'est pas toujours facile d'appréhender les auteurs: "Pour sanctionner, il faut constater le flagrant délit. C'est particulièrement difficile lorsqu'il s'agit d'un déchet. La personne pourrait très bien prétexter que les déchets ne lui appartiennent pas." explique Julie Chantry, échevine de l'environnement à Ottignies-Louvain-la-Neuve.

"La fête oui, mais dans le respect !"

Pour les riverains, les nuits agitées se suivent et se ressemblent. Christine habite le long du lac depuis douze ans mais cette semaine fût particulièrement compliquée : "Avec la chaleur, on voulait ouvrir les fenêtres mais le bruit dehors m'empêchait de bien dormir. Je regrette aussi la saleté qui y est laissée. Hier, je me suis arrêtée et j'ai demandé à quelques jeunes s'ils comptaient laisser ça comme ça. Ils m'ont répondu que non. Quand je suis repassée par là après être allée au cinéma, c'était dégueulasse. Je ne les comprends pas parce que je trouve qu'ils peuvent s'amuser mais qu'ils doivent après nettoyer!"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK