Fin de l'enquête publique sur la 4ème mouture du projet Hop au Donderberg

La fin ce jeudi de l’enquête publique concernant le projet HOP4 à Laeken. Ce projet prévoit la construction d’une école pour 670 élèves sur le terrain du Donderberg, un îlot de verdure de 2,5 hectares au cœur de Laeken. Donation royale, ce terrain appartient à la ville de Bruxelles.

Depuis 10 ans, un comité de quartier soutenu par de nombreux riverains se bat pour le préserver et le rendre accessible au public. Le projet a déjà été revu à quatre reprises depuis 2010 suite à leur action. Les projets initiaux d’y construire un grand parking et des logements en plus de l’école ont été abandonnés mais le comité de quartier n’en veut pas. Le projet n’est plus du tout dans l’air du temps selon lui.

Pour Stéphane Bocqué, membre du comité opposé au projet Hop, "Il y a déjà deux écoles toutes proches, le quartier n’a pas besoin d’un nouvel établissement. Cette école ne répondrait pas à des besoins locaux, elle est créée pour répondre à des besoins créés ailleurs comme à Tour et Taxis ou avec le projet Néo ". Un argument que rejette Faouzia Hariche, l’échevine de l’enseignement à la ville de Bruxelles "C’est faux, il y a un besoin dans le quartier, le service public doit pouvoir répondre aux besoins de la population. Les deux établissements qui s’y trouvent (l’école européenne et un établissement néerlandophone, NDLR.) ne le permettent pas. "

Le comité opposé à HOP aimerait que le Donderberg reste un îlot de verdure aménagé pour que le public puisse pleinement en profiter. "Il permettrait aussi de créer une véritable coulée verte dans le prolongement des parcs qui vont jusqu’à l’Atomium" selon Stéphane Bocqué.

Serge Malaisse, membre de Laeken.brussels et riverain lui aussi opposé au projet, insiste sur la biodiversité du site. Il explique que "la valeur de ce terrain tient aussi au fait qu’il est tout à fait vierge. Il n’a jamais été construit et il a donc une qualité de sol remarquable. C’est une opportunité rare en région Bruxelloise et construire un bâtiment dessus est un non-sens" dit-il.

Les riverains opposés au projet auront la possibilité de se faire entendre lors d’une nouvelle commission de concertation dont la date est encore à déterminer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK