Fête du sacrifice: l'appel au boycott est bien suivi à Bruxelles

L’Aïd El Kébir, la fête musulmane du sacrifice, a lieu ce jeudi. Une fête quelque peu chahutée cette année puisque des mosquées et des associations ont appelé au boycott suite à l'interdiction d'abattre des moutons sans étourdissement préalable dans les abattoirs temporaires. Une interdiction appliquée en Flandre et en Walonie, mais qui pourrait aussi être imposée à Bruxelles un jour.

Ce jeudi matin, l'appel au boycott semble en tous cas bien suivi dans les trois sites d'abattages temporaires que compte la Région bruxelloise (Molenbeek, Anderlecht et Schaerbeek).

Nous nous sommes rendus sur le site de Molenbeek. Là, malgré l’appel au boycott, certains musulmans sont malgré tout venus sacrifier un mouton. Mais ils étaient peu nombreux.

2 images
Photo prise ce matin à Molenbeek par l'une de nos équipes. © RTBF

A Molenbeek d’ailleurs, on ne s’en cache pas : il devrait y avoir nettement moins de monde que les années précédentes. Là où l’on comptait habituellement entre 800 et 900 inscriptions préalables, l’abattoir temporaire molenbeekois n’en comptait cette année que 75. Sacrificateurs et bouchers sont malgré tout présents (18 bouchers ont été engagés pour l'occasion en plus du personnel communal) ; des musulmans peuvent encore venir dans le courant de la matinée, sans s’être inscrits. "On en a inscrit déjà une dizaine (en milieu de matinée), confirme Alain Simon (coordinateur de l'abattage de Molenbeek). Ces personnes hésitaient mais à la dernière minute, ils se sont quand même décidés pour le faire, pour le montrer à leurs enfants."

Du côté de la commune, cet appel au boycott n’est pas de nature à modifier les plans. "Trop tôt pour tirer des conclusions, nous a-t-on répondu. On verra l’année prochaine. La solution en place nous paraît être la bonne." Les communes attendent bien évidemment que la Région bruxelloise se positionne clairement sur le sujet, comme l’ont fait la Wallonie et la Flandre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK