Face aux critiques, les calèches pour touristes de la ville de Bruxelles changent leurs habitudes

Thibault Danthine, chef des cochers bruxellois et son cheval Haky.
Thibault Danthine, chef des cochers bruxellois et son cheval Haky. - © Tous droits réservés

Désormais lorsque les températures seront élevées, les calèches pour touristes de la ville de Bruxelles ne sortiront qu’en soirée ou pas du tout. C’est la décision prise par les cochers. Une décision qui fait suite à la polémique déclenchée il y a deux semaines à Bruges après qu’un cheval attelé s'est écroulé. Très vite les réseaux sociaux se sont emparés de l’affaire et le métier de cocher a été vivement critiqué. Pour les internautes et même pour certains passants, les chevaux ne devraient pas sortir lors de fortes chaleurs.

Pourtant les cochers assurent être très attentifs à leurs animaux et redoubler de vigilance quand il fait chaud, c’est en tout cas ce qu’explique Thibault Danthine, chef des cochers bruxellois :

"On met vraiment tout en œuvre pour le confort des chevaux, on aime trop nos chevaux et notre boulot pour prendre le moindre risque. Et le chef cocher ajoute " Je ne pense pas que ce soit plus inhumain de faire une promenade en ville à 18 h que de monter son cheval pendant une heure sur une piste de campagne ou pendant une balade de deux heures dans les bois".

L’image de la profession

C’est pour préserver l’image de la profession, selon Thibault Danthine, que la décision de ne plus sortir a été prise, "Après la polémique soulevée à Bruges, et la réaction de personnes soucieuses de le cause animale, ce que nous sommes aussi, nous avons voulu faire attention à l’image que l’on véhicule, on voulait faire quelque chose de qualitatif et dans le respect des chevaux", ajoute le chef cocher.

Ecoutez le reportage radio

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 13h
en direct

La Une

JT 13h