En ouvrant la boîte de Pandore, le cdH prend le risque d'une cure d'opposition à Bruxelles

Le cdH a pris le risque d'une cure d'opposition de deux ans en Région bruxelloise.
Le cdH a pris le risque d'une cure d'opposition de deux ans en Région bruxelloise. - © Belga

Le cdH a donc ouvert la boîte de Pandore de la crise politique. Le président du parti humaniste, Benoit Lutgen, ne veut plus gouverner avec le PS dans les gouvernements francophones, dont le gouvernement de la Région Bruxelloise. Tout cela à cause des affaires dont celle du Samusocial.

"Il faut une rupture par rapport à la situation actuelle. Certains ont essayé de colmater les brèches, mais ça n’a jamais réglé le problème, commente le député bruxellois cdH Hamza Fassi-Fihri. Le contexte, aujourd’hui, est devenu étouffant. Il faut de l’air, et travailler pour les gens."

Du côté du PS, on a dénoncé "une trahison" du cdH. Un cdH qui lance donc un appel aux autres formations pour gouverner avec lui. Le MR, DéFI et Ecolo.

Pas de retour aux urnes mais…

C'est vrai qu'il faudra former un nouveau gouvernement. Tout simplement parce qu'au niveau des entités fédérées, comme Bruxelles, le citoyen ne peut pas retourner voter.

Au fédéral on peut repasser aux urnes quand un gouvernement tombe, mais pas dans les communautés et les régions : les assemblées ne peuvent pas y être dissoutes. Mais il y a là une autre façon de recréer un gouvernement : en votant une "motion de méfiance constructive". A Bruxelles, ce n'était jamais arrivé.

"Ce serait un phénomène assez inédit en Région bruxelloise, explique Jean-Paul Nasseaux, collaborateur du Crisp, le centre de recherches et d'informations socio-politiques, de voir – en cours de législature – un renversement de majorité du côté francophone."

Cette motion de méfiance constructive, voulue par le cdH, est un texte qui à la fois démettrait les socialistes du gouvernement et proposerait une autre équipe. "Il faut qu’une majorité de parlementaires proposent de démettre un ministre, voire l’ensemble du gouvernement, mais en proposant un remplacement. Donc, il ne s’agit pas seulement de renverser un gouvernement. Il faut une majorité de signataires de cette motion pour ce remplacement."

Le cdH parviendra-t-il à constituer cette majorité ou sera-t-il simplement remplacé dans un gouvernement qui comprendrait encore le PS ? Le parti de Benoit Lutgen a pris le risque d'une cure d'opposition de deux ans en Région bruxelloise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir