En 7 mois, Ganshoren a récolté 50 kilos de mégots. Mais combien restent par terre?

L'un des 11 cendriers ludiques de Ganshoren, ici devant une école
L'un des 11 cendriers ludiques de Ganshoren, ici devant une école - © Rtbf

Si l'on n'y prête pas attention, on ne les remarque pas dans l'espace public. En revanche, si on les cherche du regard, on ne tarde pas à en voir partout. Sur les trottoirs, sur les pelouses, dans le caniveau, au milieu de la chaussée, balancés par la fenêtre d'une voiture. Les mégots de cigarette représentent un vrai fléau en terme de propreté publique. 

Ganshoren et ses 11 cendriers "ludiques"

Jeter un mégot par terre constitue une incivilité passible d'une amende administrative. Force est pourtant de constater que la répression ne fonctionne guère. Non seulement, le contrevenant doit être surpris en flagrant délit, mais encore faut-il que le fautif accepte de décliner son identité à l'agent de prévention et de sécurité (APS), fonctionnaire subalterne dépourvu de tout pouvoir de contrainte. Dans la petite commune bruxelloise de Ganshoren, les agents sanctionnateurs sont au nombre de deux. La plupart des amendes administratives infligées pour jet de mégot concernent des automobilistes surpris avenue Charles-Quint, la principale artère de la commune bien connue des navetteurs venus de Flandre. 

A côté de la répression, Ganshoren joue la carte de la sensibilisation et de la prévention. En décembre 2018, la commune a installé 11 cendriers "à vote" sur son territoire. Au-dessus du cendrier, un panneau propose un choix au fumeur désireux de se débarrasser de son mégot. Quel que soit ce choix, le rebut de cigarette finira sa carrière dans l'un ou l'autre compartiment du cendrier. 

51 kilos récoltés oui mais...

L'initiative peut paraître couronnée de succès puisque Ganshoren se targue d'avoir récolté 51,6 kilos de mégots depuis décembre dernier. Les déchets sont collectés par une start-up et recyclés sous forme de cendriers de poche, ensuite distribués aux habitants. Nous sommes donc allés sur place pour voir ces fameux cendriers. Ils n'ont de prime abord rien de vraiment spécial, encore moins de spectaculaire. Mais ce qui frappe, surtout, c'est le nombre de mégots par terre. Près de l'Athénée Royal se trouve un banc entouré d'un petit espace herbeux. Une poubelle classique y trône pour recueillir les déchets. Comme le montre la vidéo ci-dessous, l'endroit est littéralement jonché de mégots de cigarettes. Et si l'on pose la question du nombre de sanctions administratives infligées pour ces jets de mégots, la réponse paraît s'imposer : sans doute aucune !  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK