Elections communales: Didier Wauters, future tête de liste du cdH à Bruxelles

Didier Wauters: "J’aime à rappeler que je suis conseiller communal depuis 2012, mais je suis aussi un citoyen et à ce titre je me pose la question de ce que l’on fait ".
Didier Wauters: "J’aime à rappeler que je suis conseiller communal depuis 2012, mais je suis aussi un citoyen et à ce titre je me pose la question de ce que l’on fait ". - © Tous droits réservés

Les élections communales approchent et les listes se dévoilent peu à peu. C’est le cas à la Ville de Bruxelles où Didier Wauters a été intronisé future tête de liste au cdH . Peu connu du grand public, conseiller communal et opticien dans la vie professionnelle, il a été choisi suite au retrait de Joëlle Milquet et Hamza Fassi-Fihri en vertu de l'application du mandat unique.

 

Ce choix peut-il s’expliquer par le fait que le public est fatigué des politiciens professionnels? C’est la question que nous avons posée à Didier Wauters.

"En effet, des dérives ont eu lieu, en particulier à la Ville de Bruxelles et dans le monde politique en général. Il y a eu tout une série d’affaires qui font que le gens veulent plus d’éthique. J’aime à rappeler qu’en effet je suis conseiller communal depuis 2012, mais je suis aussi un citoyen et à ce titre je me pose la question de ce que l’on fait , comment on le fait et avec qui".

Mais désigner un inconnu, n’est-ce pas un pari un peu risqué pour le cdH?

"C’est le fruit d’une réflexion, à l’initiative d’ailleurs de Joëlle Milquet. Ce n’est pas un risque de faire les choses avec cohérence, et avec une vision sur la vie en général et la vie politique en particulier. On a décidé le dé-cumul. C’est une décision qui est le fruit d’un travail collectif avec les sections locales, les conseillers communaux et on est arrivés à cette proposition. Aujourd’hui le monde dois évoluer et on doit revenir aux fondamentaux…"

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Didier Wauters au bas de cet article.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK