Élections à Molenbeek : de jeunes électeurs titillent les candidats

Élections à Molenbeek : de jeunes électeurs titillent les candidats
3 images
Élections à Molenbeek : de jeunes électeurs titillent les candidats - © RTBF

"Discuter, pour mieux voter". C'est sous ce slogan qu'un débat électoral original était organisé mercredi soir à Molenbeek. Rompus aux plateaux télé et aux débats radio, six candidats des principaux partis francophones de la commune ont accepté de sortir de leur zone de confort. Trois heures durant au centre éducatif et culturel L'Épicerie, ils se sont mêlés à une vingtaine de jeunes électeurs aux travers de joutes verbales.

Pour ou contre le vote obligatoire? Faut-il mentir pour réussir en politique? Les thèmes choisis sont volontairement provocateurs. 

Sur la scène du petit théâtre, une jeune fille achève son argumentaire. "J'aimerais terminer avec cette citation de l'auteur français Jean Amadou. L'homme politique qui prétend ne jamais avoir menti ne fait qu'un mensonge de plus." Salve d'applaudissements dans l'audience.

Des carabistouilles à longueur de journée 

Répartis en deux équipes, jeunes et candidats se répondent du tac au tac. Ahmed El Khannouss nuance les propos. "Un politicien c'est quoi? C'est un élu du peuple, un représentant de la population, rappelle la tête de liste CDH. Alors, évidemment qu'on va retrouver des menteurs parmi ceux-ci, des personnes qui vous racontent des carabistouilles à longueur de journée."

Nihad, elle, c'est l'épaisseur des programmes électoraux qui l'intrigue. Elle y voit un indice de tromperie. " Vous avez lu un de ces programmes? rigole celle qui aura 18 ans dans quelques jours. Je sais pas si vous savez, mais il y a des pages et des pages. Par exemple, celui du PS, c'est 170 engagements. Pour un citoyen lambda, c'est hyper compliqué de le comprendre. Et c'est difficile de savoir quels sont leurs vrais avis sur tout cela au final. Je pense que le meilleur moyen d'avoir son propre avis sur la question, c'est de voir la réaction des candidats à vif."

On les fait réagir à vif, on les provoque, on les pousse à bout

Bousculer les candidats, c'est tout l'intérêt de cette soirée qui veut casser les codes des débats électoraux traditionnels. Son initiateur est Ahmida, un Molenbeekois de 18 ans, qui a collaboré avec des associations de terrain (Talented Youth Network, Ambassadeurs d’Expression Citoyenne et Molengeek). "Le but est de réconcilier les jeunes et la politique. Les joutes verbales permettent aux jeunes et au public de percevoir la capacité de rebondir des candidats. On les provoque, on les pousse à bout, eux qui sont habitués à avoir les sujets préparés à l'avance. Le but est de clarifier le programme de chaque tête de liste pour permettre un choix conscient et réfléchi face aux urnes."

Être écouté, enfin et pour une fois, c'est aussi l'objectif de beaucoup de jeunes. Ayoub, 21 ans, votera pour la première fois le 14 octobre. "Ils vont entendre notre voix à nous, ils ne l'entendent pas souvent. Il y a beaucoup de jeunes à Bruxelles, ils sont donc un minimum dans l'obligation d'écouter la jeunesse."  

Tête de liste PS, Catherine Moureaux acquiesce volontiers. "Les jeunes sont nombreux à Molenbeek. C'est une des priorités de notre programme. A tort, on croit que ce sont des citoyens qui ne s'intéressent pas à la vie politique. C'est le grand mérite de cette initiative : discuter en direct avec eux et casser aussi les clichés de part d'autre."

Sarah Turine a elle aussi apprécié l'expérience. "Je sais comme ils peuvent être provocateurs et antipolitiques, mais c'est légitime, juge la tête de liste Écolo. Après, à nous de les convaincre d'être, pas nécessairement de notre côté d'un point de vue politique, mais d'être politisé dans le sens noble du terme."

Après les joutes verbales, la soirée s'est achevée par une séance plus classique de questions et réponses sur les programmes des partis molenbeekois. Histoire de permettre à la centaine de jeunes électeurs présents de poser un choix éclairé le 14 octobre.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK