Ecolo et Groen pour la régionalisation du parcours d'accueil des primo-arrivants à Bruxelles

L'objectif du parcours d’accueil est de permettre aux primo-arrivants de mieux comprendre  la Belgique,et d'augmenter leurs possibilités d'insertion dans la société.
L'objectif du parcours d’accueil est de permettre aux primo-arrivants de mieux comprendre la Belgique,et d'augmenter leurs possibilités d'insertion dans la société. - © Tous droits réservés

Alors que le gouvernement veut rendre le parcours d'accueil obligatoire, les verts dénoncent le texte de la majorité et veulent  aller un cran plus loin.Pour Ecolo et Groen , il faut faire en sorte qu'il n'y ait plus qu'un seul parcours à la place des deux (un flamand et un francophone) qui prévalent actuellement  

Comprendre le fonctionnement de la Belgique

L'objectif du parcours d’accueil est de permettre aux primo-arrivants de mieux comprendre le fonctionnement de la Belgique, d'augmenter leurs possibilités d'insertion dans la société. Cela passe par une série de formations, parmi lesquelles des cours de langue. Ce parcours d'accueil, le gouvernement veut le rendre obligatoire. Sauf que pour le député Écolo bruxellois Alain Marron, la majorité bruxelloise ne s'en donne pas les moyens :

"Il n’y a pas suffisamment de places, et le gouvernement refuse de mettre des budgets supplémentaires, il n’assure pas la coordination indispensable à l’intérieur de Bruxelles sur cette politique d’accueil des primo-arrivants."

Une aberration

Aujourd'hui, deux filières totalement indépendantes existent : l’une chapeautée par la communauté flamande, l'autre par la cocof, le gouvernement francophone bruxellois. Une aberration pour les verts qui plaident pour la régionalisation de ce parcours, afin qu’il n'y en ait plus qu'un seul à Bruxelles. Le député bruxellois d’énumérer les avantages de la proposition :

" Premier avantage, les primo-arrivant ne doivent plus choisir entre un parcours francophone et un néerlandophones, choix qui est d’ailleurs illégal, deuxième avantage , on est sûr d’une égalité de traitement puisque les obligations sont les mêmes, mêmes cours et mêmes professeurs dans tous les bureaux d’accueil."

Une proposition qui risque bien de se heurter aux projets nationalistes portés notamment par la NVA au sein de la communauté flamande.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir