De plus en plus de plaintes pour violences policières, surtout à Bruxelles

71 plaintes pour violences policières ont été introduites ces trois dernières années (illustration).
71 plaintes pour violences policières ont été introduites ces trois dernières années (illustration). - © JOHANNA GERON - BELGA

Septante-et-une plaintes pour violences policières ont été introduites ces trois dernières années. C'est un constat de l'Observatoire des violences policières. Parmi celles-ci, 43 concernent la Région bruxelloise. La majorité, donc.

Il faut dire que selon l'observatoire, le phénomène des abus des forces de l'ordre reste essentiellement urbain. Plus grandes sont les villes, plus nombreuses sont les agressions. Pas étonnant dès lors que Bruxelles arrive en tête de ce sinistre classement.

Des différences d'une commune à l'autre ?

À la Ville de Bruxelles, l'observatoire relate 18 cas de violence policière. Autrement dit : quasiment une agression sur 4 se déroule dans cette commune. Suivent derrière : Saint-Gilles et Ixelles avec respectivement 5 et 4 cas de violence.

Alors pourquoi autant de cas à Bruxelles-Ville ? Cela s'explique en partie par le fait que de nombreuses manifestations et actions ont lieu sur son territoire. Et que 20% des agressions policières sont perpétrées à ces occasions.

Mais c'est seulement une partie de l'explication puisque l'on sait que près d'une agression sur deux a eu lieu lors d’opérations de police administrative (contrôles routiers, contrôles d’identité) ou dans les locaux de la police.

Et là aussi, c'est à Bruxelles que l'on retrouve si l'on peut dire les "mauvais élèves".

Le commissariat dit "de l'Amigo", à deux pas de la Grand-Place est celui où l'on recense le plus d'abus policiers : 4 entre 2014 et 2016. Le commissariat de la chaussée de Boondael, à Ixelles, obtient lui aussi un triste score avec 3 agressions. L'observatoire souligne que des exactions dans ces deux commissariats figuraient déjà dans son précédent rapport.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK