Deux boitiers pour sauver la vie de cyclistes face aux camions

Lorsque le vélo passe dans l'angle mort d'un véhicule, son boitier se met à sonner. Tout comme le boitier disposé dans la cabine du camion ou de la camionnette
4 images
Lorsque le vélo passe dans l'angle mort d'un véhicule, son boitier se met à sonner. Tout comme le boitier disposé dans la cabine du camion ou de la camionnette - © B. Schmitz - RTBF

Un nouveau dispositif est en test en ce moment à Bruxelles. Un dispositif pour tenter d'éviter les accidents entre les cyclistes et les poids-lourds. Des accidents qui se produisent lorsqu'un camion recule et qu'un vélo passe dans son angle mort.

En 2016, un accident de ce type a été fatal à Sofie, une jeune fille de 12 ans. "Le chauffeur du camion n'a pas vu les enfants dans ses rétroviseurs", confie sa maman Ann Segers. "Sofie et sa soeur franchissaient alors le feu qui était au vert. L'issue a malheureusement été fatale pour Sofie".

Un boitier pour les vélos...

Depuis, cette maman se bat pour développer un système qui éviterait ce type d'accident. Aujourd'hui, elle en est persuadée on y est presque avec le "SofAlert", nommé ainsi en mémoire de sa fille. Il s'agit d'un petit boitier noir à attacher sur le guidon du vélo.

Boitier qui se met à bipper lorsqu'un véhicule déboule sur votre gauche à moins d'un mètre cinquante. Une sécurité supplémentaire pour le cycliste, pour un coût que les concepteurs ont voulu raisonnable. "Cinquante euros environ. On a voulu que ce soit payable par n'importe qui".

... Un autre dans les camions

Ce boitier peut donc fonctionner seul, mais la grande nouveauté c'est qu'il s'accompagne d'un autre boitier, noir également, à installer cette fois dans la cabine des camions. Un dispositif qui va sonner lorsqu'un vélo équipé de l'autre boitier se trouve precisemment dans l'angle mort. "Comme le conducteur du poids-lourd est en train de faire une manoeuvre à basse vitesse, il doit être capable de s'arrêter presque immédiatement", explique Jean-Paul Daveau, le concepteur du système pour la société Effi-Drive.

"Mais le système que nous proposons, nous, n'est pas là que pour détecter la présence des cyclistes. Cette boite dispose en fait d'un accéléromètre gyroscopique qui fait que, en cas d'accident, on est capable de prévenir les autorités et de dire dans quelle position se trouve le véhicule. Et on va surtout être capable de reconstituer tout ce qui s'est passé pendant les quarante secondes qui ont précédé l'accident. De quoi aussi apporter une preuve sur ce qu'il s'est passé".

Reste maintenant à convaincre les sociétés de poids-lourds d'investir dans le système. Cela leur coûterait, elles, environ 50 euros par mois et par boitier. Il faut un boitier par camion. Il faudra aussi convaincre les cyclistes d'investir. Le dispositif est pour l'instant en phase de test dans les rues de Bruxelles.

Un test de plusieurs mois avec une centaine de cyclistes équipés d'un boitier, ainsi que des camions notamment de l'administration Bruxelles-environnement, eux aussi équipés. Si vous souhaitez faire partie des cyclistes-testeurs, sachez qu'il reste de la place. Vous pouvez contacter le cabinet de la ministre bruxelloise en charge de la sécurité routière, Bianca De Baets, qui finance ce test et ce projet à hauteur de 15.000 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK