Des seniors joyeux, mais en colère à Forest

Les slogans sur les panneaux jouent la carte de l'humour, mais certains seniors sont bel et bien remontés
4 images
Les slogans sur les panneaux jouent la carte de l'humour, mais certains seniors sont bel et bien remontés - © B. Schmitz - RTBF

La Belgique a donc enfin un nouveau gouvernement fédéral au travail. Et parmi les premières revendications qu’il va devoir écouter, il y a celle des seniors.
Les personnes âgées ont sans doute plus souffert encore que les autres de l’épidémie de Covid, du confinement et de l’isolement qu’il entraîne.
Alors, à Forest, des seniors ont mené une protestation qui se voulait joyeuse, à l’occasion de la journée internationale pour les personnes âgées.

"On a l’impression qu’avec ce Covid, c’est du temps précieux qu’on nous prend"

"Les seniors sont des trésors", "retraitées, mais pas périmées", sur les panneaux portés par la trentaine de protestataires aux cheveux gris, les slogans jouent la carte de l’humour. D’ailleurs, les sourires sont de mises, ce qui semble indispensable vu le nom que s’est donné le groupe du jour. "Les joyeux seniors", rigole Mama Pia, une figure connue dans pas mal d’associations à Forest. "Moi, j’ai 77 ans. Mais je peux encore être utile" !

Sauf que les sourires, suscités par le plaisir de pouvoir -enfin- se retrouver ensemble, ne peuvent masquer la colère chez la plupart d’entre eux. "J’en ai marre. J’en ai vraiment marre", explique Christiane, 84 ans. "Vous, les jeunes, vous avez toute la vie. Mais nous, on est vieux. Ce Covid, on a l’impression que c’est du temps qu’on nous prend. Du temps précieux". En tant que personnes âgées, jugées très à risque, ils estiment avoir encore plus que les autres subi les mesures sanitaires du Covid, notamment le confinement et l’isolement qu’il entraîne.

Autre problème dénoncé par ces seniors, la fermeture des agences bancaires ces derniers mois pour raison sanitaires, en privilégiant les paiements électroniques ou par internet. "Nous, on n’est pas né avec internet", raconte Odette, 66 ans. Les banques n’aident personne en agissant comme ça. Nous sommes abandonnés. On est obligé de demander à nos enfants de payer nos factures, via internet. En clair, on doit mendier auprès d’eux. Et ça, c’est très contrariant".
 

Tous ces problèmes, toutes ces difficultés, Aurélie Grimard et d’autres travailleurs de terrains à Forest, ont tenté de les alléger depuis le mois de mars. Son association "Bras dessus bras dessous" organise habituellement des rencontres entre seniors et jeunes qui sont voisins. Les seconds deviennent "voisineurs" et rendent visitent au moins une heure par semaine aux premiers pour les sortir de l’isolement.

Mais, durant ces derniers mois, il a fallu réorganiser un peu les priorités. "Nous avons surtout tenté de leur permettre de garder des liens, parce que du jour au lendemain, la vie qu’ils avaient et qui n’était déjà pas des plus animées, s’est complètement arrêtée. Les visites des aides soignantes, les repas ensemble dans des centres pour seniors, tout cela n’était plus possible à cause du confinement et du risque d’infection.

Nous, nous avons donc voulu garder du lien. On a donc monté un projet soupe avec la commune de Forest et les associations qui travaillent ici. Deux fois par semaine, avec l’aide de bénévoles, nous portions des paniers avec de la soupe chez les personnes âgées, mais aussi des dessins d’enfants. Cela a permis de maintenir un certain contact".

Bob, 92 ans, remercie chaleureusement les équipes forestoises pour ces mois d’efforts. "C’est déprimant de rester seul. J’avais l’habitude d’aller manger dans les centres de seniors, tous les jours, ce qui me permettait de rencontrer pas mal de monde. Dont d’autres seniors qui se trouvent ici avec moi aujourd’hui. Mais, du jour au lendemain avec ce Covid, tout s’est arrêté".

Soyez âgés, mais pas vieux

Aurélie Grimard lance donc aujourd’hui un appel aux autorités, notamment fédérales, puisqu’un nouveau gouvernement est en place. "Les personnes âgées ont vraiment été les grands oubliés lors de cette crise. On ne jette pas la pierre, cela arrive à tout le monde de faire des erreurs. Mais aujourd’hui, tirons les leçons et essayons d’avancer, avec eux cette fois. C’est capital pour ne plus commettre les mêmes erreurs. Il faut prévoir des dispositifs efficaces d’encadrement et d’aide, si les exigences sanitaires ne devaient pas s’améliorer de sitôt".

Le message est lancé au nouveau gouvernement. Tout comme un autre massage qu’Emile, 93 ans, adresse, lui, à tous les aînés. "Vieux ratatinés ? On n’est pas ratatinés ! Et n’oubliez pas ça : soyez âgés, mais pas vieux".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK